Sud-Kivu: une tribune d’expression populaire organisée à Uvira par SOFIBEF

0
140

Uvira, 27 Septembre 2022(ACP).- l’organisation non gouvernementale féminine de droit congolais SOFIBEF a organisé lundi à Uvira une tribune d’expression populaire à l’intention de la population  sur la réalisation du projet « Mupaka Shamba Letu » appuyée financièrement par l’Ambassade de Suède à Kinshasa et la coopération suisse à travers International ALERT.

Pour le maire de la ville d’Uvira, Kiza Muhato, ce un projet mérite d’être toujours soutenu par l’autorité de la ville et de partout ailleurs car il amène la femme à comprendre le lien qui existe entre le commerce transfrontalier et la paix mais aussi plaider auprès de décideur pour la consolidation de la paix et la coopération commerciale entre les communautés d’Uvira et Gatumba au Burundi, avant de remercier cette organisation pour ce noble travail et pour la reconnaissance qu’ils ont montré aux autorités.

Pour le coordonnateur de ce projet, Giresse Musimbwa Obed, cette tribune d’expression populaire s’est déroulée dans un climat globalement calme sur l’ensemble de la ville d’Uvira et ses périphéries d’autant plus qu’elle avait comme objectif de contribuer à une société plus inclusive, à une coopération améliorée et à une paix durable dans les ménages, communautés et dans la région de Grands Lacs d’Afrique avant d’ajouter que le projet « MUPAKA SHAMBA LETU » se focalise sur le renforcement du commerce transfrontalier en tant que moyen de mieux comprendre et d’interdépendance entre les communautés particulièrement de Kavimvira à Uvira et celle de Gatumba au Burundi.

«  Les résultats obtenus de ce projet MSL ont été en grande partie bonne suite à l’implication et au soutien des autorités locales politico-administratives, douanières, migratoires, les institutions, les chefs de communautés et  la population transfrontalière qui ainsi ont été remerciés par l’octroi de certificats de mérite. La tenue de cette tribune contribuera à l’atteinte du résultat 2 à savoir d’ici la fin du projet, dans le zones frontalières visées, les femmes petites commerçantes transfrontalières disposent de ressources économiques plus importantes, et ont les compétences pour user de ces ressources afin de plaider pour une plus grande cohésion sociale et une plus grande coopération régionale » a-t-il souligné

Notons que ces communautés transfrontalières ont traversé des graves crises politico-militaire durant les années nonante, provoquant de déplacements massifs des populations vers le Burundi et vers la RDC ainsi que de nombreuses pertes en vies humaines. ACP/Kayu/LYS/NNG