Le cadre macroéconomique de la RDC marquée par la bonne coordination des actions des politiques économiques

0
334

Kinshasa, 07 octobre 2022 (ACP).- Le cadre macroéconomique de la République démocratique du Congo (RDC) est marqué par la bonne coordination des actions des politiques économiques, particulièrement au niveau de la politique budgétaire et monétaire, indique la note de conjoncture économique de la Banque centrale du Congo émise pour la période du 23 au 30 septembre 2022.

Selon cette note, grâce à la coordination des actions des politiques économiques que le taux de croissance attendu en 2022 est estimé à hauteur de 7,1% suite à la bonne performance des branches « Extraction » et  » Transports et Télécommunications », contre un taux de 6,2% une année plus tôt.

Le taux d’inflation, la semaine sous étude, s’est situé à 0,27%, soit un taux d’inflation en cumul annuel de 9,65% contre une projection de 11% à fin 2022, fixée dans le cadre du programme avec le FMI lors de la deuxième revue.

Ces actions se reflètent également à travers la stabilité du taux de change  par rapport aux monnaies étrangères, notamment le dollar américain.

A cet effet, la monnaie nationale s’est appréciée de 0,03% sur le marché officiel, se situant à 2012,38 FC le dollar américain, et sur le parallèle elle s’est dépréciée de 0,08% portant le cours vendeur à 2.095 FC, le dollar américain contre 2.050 FC, le cours acheteur.

Projetées aux exercices 2022 et 2023, les  perspectives économiques, selon la Banque africaine de développement (BAD), sont encourageantes malgré le conflit russo-ukrainien, avec une croissance du PIB en 2022–23 atteignant 6,4 %, tirée par l’exploitation minière et la relance des activités non extractives.

Les investissements prioritaires devraient continuer à soutenir la demande interne. L’amélioration des infrastructures de transport et de la logistique devrait soutenir la reprise des activités non extractives, des services et des industries, stimulant les exportations et les recettes fiscales.

Cette institution bancaire souligne que les élections de 2023 devraient augmenter les dépenses publiques et creuser légèrement le déficit budgétaire, qui passerait de 1,6 % en 2022 à 1,5 % en 2023.

La dette publique s’établit à 22,5 % en 2023. La coordination des finances publiques et des réformes monétaires  maintenir l’inflation à environ 6,9 % en 2022–23 et assurer la stabilité du taux de change. L’excédent du compte courant devrait atteindre 0,8 % en 2022 et 0,1 % en 2023, avec des réserves de change de 3,860 milliards de dollars en 2022 et 4,606 milliards de dollars en 2023, pour 3 mois d’importations.

Le cours des produits intéressant l’économie congolaise

Les cours mondiaux des principaux produits agricoles énergétiques et miniers qui intéressent l’économie congolaise au cours de la période du 23 au 30 septembre sous examen, indique la note de conjoncture économique, ont connu une évolution variée.

Les produits agricoles (Riz, blé, maïs) et énergétiques ( pétrole) ont enregistré de légères baisses par rapport à la semaine précédente, pendant que les prix des produits miniers tel que le cuivre qui a une tendance baissière en se négociant à 7.351 USD contre 7.761,0 USD la tonne et le cobalt dont le prix reste constant soit, 56 026,49 USD la tonne.

La BCC, à travers sa note de conjoncture économique, appelle le gouvernement à une gestion prudente pour éviter le danger qui guette l’économie congolaise en  préconisant le renforcement de la coordination des actions au niveau des politiques budgétaire et monétaire,  la poursuite de la surveillance des facteurs de la liquidité bancaire au niveau de la banque centrale , l’accélération des mesures visant à renforcer la production locale et la diversification de l’économie , l’exécution continue des réformes structurelles retenues dans le cadre du programme facilité élargie de crédit (FEC) avec le FMI. ACP/KHM/TKM