33 ans disparait Lwambo  Makiadi : Catherine Kathungu lance un appel pour la création des conservatoires de la Rumba

0
458

Kinshasa, 12 octobre 2022 (ACP).- La ministre de la Culture, arts et patrimoines, Catherine Kathungu Furaha a lancé, mercredi, un appel pour la création des conservatoires de la Rumba afin que soit pérennisé le style de guitare et de musique de Luambo Makiadi alias « Franco ».

Elle a lancé cet appel pour l’après inscription de la Rumba au Patrimoine universel de l’UNESCO afin qu’avec le concours de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), les Congolais puissent se réapproprier leur histoire comme le veut le Chef de l’État Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo et le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde.

Selon Mme Kathungu, les titres des chansons de Franco sont tous des chefs-d’œuvre qui ont éduqué la masse. Car, a-t-elle dit, « Franco a osé dans ses textes une rééducation morale, une éducation civique et politique qui ont propulsé la Rumba dans les firmaments de l’inimaginable ».

La Rumba de Luambo Makiadi doit être sujet des études anthropologiques

Par ailleurs, la ministre Kathungu a précisé que « pendant que nous préparons la première grande réunion biennale de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, la Rumba de Luambo Makiadi Franco doit être sujet des études anthropologiques pour la société congolaise ».

Sa guitare jouée avec capodastre doit être étudiée dans des conservatoires, ses jeux des mots doivent être déchiffrés dans des études des textes même au niveau scolaire car son apport artistique en Afrique centrale dans toutes les cultures de la CEEAC font de certains de ces titres intemporels, à l’instar de l’une de ses chansons de 1961 dans laquelle il exhortait les autorités du gouvernement de Cyrille Adoula « Bobongisa Mboka ».

Signalons que la ministre de la Culture, arts et patrimoines est allée déposer une gerbe de fleurs à la place des artistes où est érigé un monument du grand maître Franco et elle a profité de l’occasion pour s’incliner devant la plaquette commémorative de l’artiste comédienne Pauline Ntumba Nzita alias « Mama Nzita », décédée le 12 septembre dernier au Centre hospitalier Monkole (CHM) situé dans la commune de Mont-Ngafula à Kinshasa. ACP/ KHM/ODM/SGB/KMT