Processus de transition au Tchad : le Président Félix Tshisekedi désigné facilitateur

0
408

Kinshasa, 25 octobre 2022 (ACP).- Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a été désigné facilitateur au processus de transition au Tchad, dans le communiqué final de la 2ème session extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) tenue, mardi, à Kinshasa.

 « La Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de la CEEAC a désigné le Président de la République démocratique du Congo et président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC, Félix Tshisekedi, facilitateur au processus de transition en République du Tchad », note le communiqué  lu par Didier Manzenga Mukanzu, ministre de l’intégration régionale et francophonie de la RDC .

 « La conférence a également décidé de la désignation du Président du Conseil des ministres de la CEEAC et ministre de l’intégration régionale et francophonie de la RDC et du Président de la commission de la CEEAC comme envoyés spéciaux pour appuyer le facilitateur désigné », a indiqué, en outre, le texte.

Le Président de la commission a été également mandaté à poursuivre, sans relâche, les consultations auprès de l’UA, la Communauté des Etats sahélo-saharien( CEN- SAD), la commission du Bassin du lac Tchad ( CBLT) et le G5-Sahel en vue d’aboutir au soutien de la transition au Tchad, fondé sur le principe de la subsidiarité.

Les participants ont présenté les condoléances de l’organisation sous-régionale au gouvernement et au peuple tchadien, pour les pertes des vies humaines survenues lors des événements du 20 octobre 2022, à Ndjamena et dans d’autres villes du Tchad.

Ils ont, par ailleurs,  « exhorté les partenaires bilatéraux et multilatéraux du Tchad, particulièrement l’Organisation des Nations Unies et l’Union africaine, à maintenir et renforcer les rapports diplomatiques, financiers, matériels et techniques nécessaires au processus de transition dans ce pays ».

Les pays membres de la CEEAC invités à sauver la démocratie au Tchad

Auparavant le Président Félix Tshisekedi, en sa qualité de président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), a invité, dans son discours d’ouverture, les pays membres de cette organisation sous-régionale, « à accompagner le Tchad et les Tchadiens dans leurs efforts de retrouver la normalité constitutionnelle et républicaine après l’événement tragique survenu à Ndjamena, au Tchad ».

 « La CEEAC et l’Union africaine ont soutenu la première phase de la transition tchadienne et salué la tenue du « Dialogue  national inclusif et souverain » ayant planté le décor institutionnel et politique et politique pour la tenue des élections pacifiques et crédibles dans un délai raisonnable », a ajouté le Chef d’Etat congolais.

C’est à l’invitation du Président de la République démocratique du Congo et Président en exercice de la CEEAC, que s’est tenue à Kinshasa, cette 2ème session extraordinaire.

Ces assises avaient pour objectif, d’échanger exclusivement autour du processus de transition politique en cours en République du Tchad, dans le cadre du Conseil de paix et sécurité de l’Afrique centrale(COPAX).

Ce sommet, qui s’est tenu, en présentiel sous le chapiteau de la Cité de l’Union africaine, à Kinshasa, visait la désignation d’un médiateur de la CEEAC, en vue d’accompagner le processus politique en cours au Tchad.

Le dernier sommet de la 21 ème session de la CEEAC s’était tenu à Kinshasa du 25 au 27 juillet dernier, rappelle-t-on.

Les Présidents Denis Sassou Nguesso du Congo Brazzaville, Faustin Archange Touadera de Centrafrique, Mahamat Idriss Deby du Tchad et le Vice-président du Burundi, Prosper Bazonbanza ont pris part à ces assises.

La CEEAC compte 11 pays membres à savoir l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, le Congo/ Brazzaville, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé et principe, et le Tchad

Le Gabon a été représenté par Mme Rose Christiane Masuka, premier ministre, l’Angola par Tété Antonio, ministre des relations extérieures, le Cameroun par Mbayo Félix, représentant spécial du chef de l’État et la Guinée équatoriale par Balthazar Engonga, ministre d’État à la présidence en charge de l’intégration régionale.

ACP/Kayu/Awa