Kasongo Mwema, « un monument pour la presse congolaise, africaine et du monde »

0
274

Kinshasa, 16 novembre 2022 (ACP).- Le président du conseil d’adminis­tration de l’Agence congolaise de presse (ACP), Kasongo Mwema Yamba Yamba, fut un monument pour la presse congolaise, africaine et du monde, a déclaré mercredi le président de l’Union nationale de la presse au Congo (UNPC), Gaby Kuba.

« Kasongo Mwema Yamba Yamba était un monument pour la presse congolaise, africaine et du monde. Il a été pour nous une intarissable source d’inspiration. C’est un che­valier hors normes qui a servi la République », a dit Gaby Kuba après la rédaction de son mot des condoléances, dans les installations de l’ACP. Selon lui, Kasongo Mwe­ma a exercé la profession pendant pratiquement une cinquantaine d’années en professionnel aguerri, expérimenté et journaliste che­vronné qui, a-t-il ajouté, a été à la fois formateur et un grand com­municateur au pays. « En tout cas, c’est une énorme perte pour la cor­poration et pour l’agence congolaise de presse », a lancé le président de l’UNPC. Par ailleurs, évoquant la guerre dans l’Est du pays, Gaby Kuba a rapporté que le ministre de la Communication et médias, Pa­trick Muyaya avait échangé mardi avec quelques ambassadeurs accré­dités en RDC pour dissiper les ma­lentendus propagés dans l’opinion. « Il y a certaines personnes qui pensent que les grandes puissances du monde sont directement impli­quées dans la crise ou dans la guerre actuelle dans l’Est de la République démocratique du Congo, et qu’il fallait protester », a-t-il fait savoir, ajoutant que toute démarche allant dans ce sens sera défavorable pour la RDC.

« La liberté ne signifie pas libertinage. Nous sommes dans une période cruciale, une période de guerre. La guerre est aussi médiatique. Les journalistes ne sont pas autorisés à propager de fausses nouvelles ou de fausses informations pendant cette période cruciale pour notre pays », a souligné Gaby Kuba à propos de la question relative à la protection des journalistes. Il a conclu que l’exercice du journalisme n’est pas incompatible avec la défense de la patrie, avant de signaler qu’il n’a pas encore observé « une chasse à l›homme ou des lois ou des mesures liberticides vis-à-vis de journalistes ».  ACP/