ONU : l’ampleur du trafic d’êtres humains « masqué par le Covid-19 »

0
146

Kinshasa, 24 janvier 2023 (ACP).- L’ONU craint qu’a COVID-19 n’ait contribué à masquer l’ampleur de la traite des êtres humains, ont rapporté mardi les médias internationaux.

« Il y a eu une explosion de l’exploitation sexuelle en ligne, et un certain nombre de pays ont simplement cessé de travailler sur ces questions pendant la pandémie, ils devaient diversifier les ressources, les consacrer à d’autres urgences, maintenir leur secteur public. », a déclaré Ilias Chatzis, chef de la section de la traite des êtres humains de l’ONUDC.

Les cas enregistrés de ce crime ont considérablement diminué pendant la crise sanitaire, mais les experts en la matière pensent qu’il se pourrait que des crimes tels que la traite des êtres humains, la prostitution et le travail forcé s’enfoncent davantage dans la clandestinité pour éviter les poursuites.

11 % de cas de traite des êtres humains en moins dans le monde ont été détectés en 2020 par rapport à l’année précédente. Les différences entre les régions riches et pauvres sont frappantes. Alors que les chiffres ont été divisés par deux en Asie de l’Est et en Afrique du Nord, ils ont augmenté en Europe et en Amérique du Nord – où, selon l’ONU, davantage d’enquêteurs et de ressources étaient disponibles.

Les Nations unies craignent que la baisse du nombre de cas détectés pour la première fois en 20 ans ne devienne la norme. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de cas, mais qu’il est de plus en plus difficile de les découvrir. Pendant la pandémie, les trafiquants ont profité de la crise pour étendre leurs structures criminelles sans être détectés.

« Les chiffres ont diminué de façon si significative que si nous voulons avoir de réelles chances d’éradiquer ce crime, nous devons penser différemment. », souligne Ilias Chatzis.

les nombres ont baisse de façon si drastique que si nous voulons avoir une chance d’éradiquer ces crimes, nous devons réfléchir autrement.

L’ONU estime que les pays doivent battre les trafiquants à leur propre jeu… étant donné que le crime est de plus en plus perpétré via Internet, les enquêteurs devraient également agir davantage en ligne. Avec l’espoir qu’à l’avenir, moins de cas enregistrés signifie aussi moins de cas réels. ACP/Kayu/Thd