Interdiction formelle d’utiliser les policiers comme garde des maisons et autres sociétés privées

Lubumbashi, 17 mai 2019 (ACP).- Le commissaire général adjoint de la Police Nationale Congolaise, le commissaire divisionnaire, Raus Chalwe, a annoncé, jeudi à Lubumbashi, l’interdiction d’utiliser les policiers comme garde dans les différentes maisons et entreprises privées.

C’était au cours de la réunion qu’il a présidée à l’attention des responsables des maisons de gardiennage en présence du ministre provincial de l’Intérieur du Haut Katanga, Jean Claude Kayumba Tompa Tompa et du commissaire provincial de la PNC/Haut Katanga,  le commissaire divisionnaire adjoint, Paulin Kyungu.

A ce sujet, le commissaire général adjoint de la PNC a expliqué à l’assistance qu’il est venu dans le Haut Katanga pour assurer le suivi des instructions laissées par le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo lors de sa première visite officielle.

Il a demandé à toutes les maisons des gardiennages d’être en ordre vis a vis de l’État congolais dans dix jours, faute de quoi, elles seront fermées. Au terme de cette réunion, le président de la corporation des maisons de gardiennage a remercié le gouvernement pour avoir pris cette mesure, avant de promettre de se mettre en règle vis à vis de l’État congolais.

26 sociétés de gardiennage suspendues dans la province du Lualaba

Vingt six sociétés de gardiennage n’étant pas en ordre avec les documents exigés par la législation dans le domaine de la sécurité  ont été suspendues de fonctionner  à partir de jeudi à Kolwezi dans la province du Lualaba.

Cette mesure a été annoncée par  le chargé des missions du ministre provincial de l’Intérieur, sécurité et Fonction Publique du Lualaba, Patrick Nzeng, au cours d’un entretien avec l’ACP. En effet, cette mesure fait suite à un contrôle effectué conjointement entre le commissariat provincial de la PNC et le ministère provincial de l’Intérieur, sécurité et Fonction Publique, dans les entreprises de gardiennage de la province du Lualaba sur instruction du Vice Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur.

En outre, à l’issue de ce contrôle, toutes les sociétés non en ordre, devront s’acquitter de toutes les taxes dues à la province avant de reprendre les activités. Un délai de huit jours leur est accordé. Des poursuites judiciaires sont envisagées aux insolvables, a-t-il déclaré. ACP/Kayu/JGD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article