Ituri : le ministre de la Santé publique salue la collaboration de la population avec les équipes de la riposte contre Ebola  

Bunia, 21 mars 2019 (ACP).- Le ministre de la santé publique Dr Oly Ilunga a salué mercredi la collaboration de la population de la province de l’Ituri avec les équipes de la riposte contre la Maladie à virus Ebola (MVE) suite au  bon résultat dans les zones de santé jadis touchée par l’épidémie : Tchomia, Komanda, Nyakunde, Bunia. “Le premier constat que je peux faire c’est l’engagement de la population et le staff local dans la riposte contre Ebola. Je suis impressionné par la qualité de l’organisation du centre médical également l’expertise des infirmiers et des médecins qui soignent et prennent en charge la population. L’organisation, la propreté et tout le fonctionnement”, s’est-il félicité.

Le Dr Oly Ilunga a signifié que pour combattre efficacement cette maladie qui s’est déclarée dans le territoire de Mambasa son ministère a mis en place un cadre de dialogue permanent avec les autorités locales et coutumières soulignant que pour le moment les résultats sont positifs parce que, a-t-il dit, la population adhère aux mesures de préventions et accepte de se faire vacciner.

La sécurité un défi dans la riposte

Par ailleurs il a indiqué que la sécurité demeure encore un défi à relever dans la riposte contre cette épidémie parce que, a-t-il fait savoir, l’activisme de groupes négatifs cherche à tout prix à remettre en cause les efforts fournis par le gouvernement de la République et ses partenaires allusion faite  aux récentes attaques de centres de traitement d’Ebola de Butembo et de Katwa.

Pour lui, il faut faire la part de chose entre le comportement de la population qui est ouverte après sensibilisation et  les forces négatives qui exigent un autre type de traitement avant de marteler qu’il s’agit ici d’un problème de sécuritaire des agents de la riposte ainsi que la population locale prise en otage par ces forces négatives.

7 mois après la maladie contenue

En outre, le Dr Oly Ilunga a exprimé le satisfecit de son ministère de voir qu’après sept (7) mois depuis la déclaration de  cette maladie, elle est maintenant contenue au niveau du Nord-Kivu et l’Ituri parce que, a-t-il relevé, il n’y a pas eu son extension vers d’autres provinces, les grandes villes du pays et les pays voisins ont été épargnés. “Pour moi, je dresse un bilan positif d’une épidémie qui reste complexe. Pour donner un ordre de conteneur en Afrique de l’ouest dans la phase active de l’épidémie, ils étaient à 900 nouveaux cas par semaine! Ici en RDC nous sommes à 900 nouveaux cas après 7 à 8 mois d’évolution. Le nombre de nouveaux cas diminuent car on était à une vingtaine de nouveaux cas par semaine en janvier 2019 mais actuellement nous sommes à une dizaine par semaine. Le nouveau plan stratégique mise place aura pour but de mettre fin à cette épidémie dans les six (6) prochains mois”, a-t-il conclu.

Le ministre de la santé publique conduisait à Bunia une mission de 24 heures comprenant une forte délégation des humanitaires composée du sous-secrétaire général de l’ONU en charge des affaires humanitaires, la directrice exécutive de l’Unicef, le secrétaire général de la Fédération internationale de la Croix-Rouge (FICR), du représentant de l’OMS en République Démocratique du Congo. ACP/Fng/JGD/Fmb

Partagez cet article