Journée scientifique à l’UNIKIN sur le droit et la société

Kinshasa, 19 juin 2019(ACP).- La faculté de droit de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) a organisé mardi en la salle de promotions Mgr Luc Gillon, une journée scientifique sous le thème : «droit et société» à l’intention des professeurs d’universités, les étudiants, les chercheurs et les praticiens du droit. Selon la doyenne de la faculté de droit, le Pr Marie Thérèse Kenge Ngomba Tshilombay, en organisant cette journée scientifique sa faculté s’inscrit dans les trois missions de l’université, à savoir l’enseignement, la recherche et le service à la communauté. «La faculté de droit qui est à la sommité en termes de la réflexion juridique ne peut rester indifférente à l’actualité de la société sur le plan juridique dont elle doit booster les chercheurs et les analystes scientifiques pour contribuer tant soi peu à l’édification progressive d’un monde meilleur respectueux du droit et de la justice», a-t-elle dit.

La thématique de cette journée scientifique, a-t-elle poursuivi, évoque la locution latine « Ubi societas ibi jus » (là où il y a une société, il y a le droit), soit son inverse « Ubi jus, ibi societas » (là où des règles juridiques s’exercent, il y a une société qui existe).

Elle a défini le droit comme «l’ensemble des règles de conduite édictées par l’autorité publique sous la sanction et la contrainte publique en vue de réaliser dans les rapports humains l’ordre favorable au bien commun». Cette journée scientifique, a expliqué la doyenne, s’est focalisée sur un des aspects du droit, celui de la justice sous ses différents angles : la justice civile et commerciale, la justice constitutionnelle, la justice administrative, la justice pénale, la justice pénale internationale, la justice séparative, etc.

La justice, a-t-elle souligné, est une institution qui veille au respect des lois et préserve les droits de chacun tant sur le plan fonctionnel que sur le plan institutionnel.

 Matières abordées dans les cinq panels

 Les matières abordées dans les cinq panels suivis des échanges  à l’issue de cette journée scientifique  par 11 professeurs de six départements de la faculté de droit, ont développé chacun un thème dans les cinq panels retenus au cours de cette activité.

Il s’agit notamment de Pr André Mbata qui est intervenu sur le sous thème «l’état de droit démocratique et la justice constitutionnelle». Il a évoqué le cas des derniers arrêts pris hors délai par la Cour constitutionnelle en rapport avec de l’invalidation de certains députés nationaux.

Pour lui, la Cour constitutionnelle n’a pas fait une grande contribution dans l’avancée de la démocratie en RDC, soulignant que les juges ne sont pas au-dessus de la loi qu’ils sont tenus de respecter. Il a relevé la nécessité de la correction des erreurs commises par les juges ainsi que de la représentativité de la faculté de droit en RDC à la Cour constitutionnelle.

Dans le même panel, le Pr Léon Odimbula s’est appesanti sur les missions essentielles d’une justice constitutionnelle qui s’enferment dans la trilogie: justice constitutionnelle, la protection des droits et libertés fondamentaux, et la régulation de la vie publique. La justice constitutionnelle, a-t-il souligné, est appelée à voler au secours de la démocratie et de l’Etat de droit.

Nécessité de la prise en compte des questions des droits de l’homme dans la gouvernance en RDC

 Mettant l’accent sur l’interdépendance des droits de l’homme qui est l’une des conditions de développement de la RDC, Le Pr Dieudonné Kalindye a souligné le besoin de prise en compte des questions des droits de l’homme dans la gouvernance en RDC.

Dans son intervention autour de panel «les droits socio-économiques pour une articulation d’une société émergente, cas de la RDC», il a évoqué les éléments essentiels qui fondent un pays émergent notamment, la bonne gouvernance, l’éducation, la santé et l’état nutritionnel de la population.

Il a plaidé pour la nécessité de disposer en RDC d’une politique sociale et proposer la construction d’une «théorie de l’état des droits de l’homme».

Il a salué le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, qui «est sur la bonne voie depuis son investiture en ce qui concerne sa gouvernance en matière des droits de l’homme, la libération des prisonniers et de l’opinion et le lancement de certains travaux publics».

Ces assises ouvertes, au nom du recteur de l’UNIKIN,  par le secrétaire général académique de l’UNIKIN, le Pr Eustache Banza Nsomwe, ont été clôturées par la doyenne de la faculté de droit, le Pr Kenge Ngomba. Cette journée a été aussi agrémentée par un procès fictif  présenté par l’Association de cassation toge noire des étudiants de la faculté de droit de l’UNIKIN. ACP/FNG/GMM/Fmb/JLL/GNN/CKM

Partagez cet article