La Commission électorale béninoise confirme la faible participation aux élections législatives

Kinshasa, 1er mai 2019 (ACP).- La Commission électorale nationale autonome (Cena) au Bénin, a dévoilé mercredi les résultats préiminaires des élections législatives, marquées par un faible taux de participation de 22,99%, ont rapporté les agences internationales. “Le dépouillement a été réalisé à 86% et le nombre d’inscrits au plan national est de 4.992.399 électeurs.

Les suffrages valablement exprimés s’élèvent à 1.147.625 voix, ce qui donne un taux de participation de 22,99%”, a déclaré le président de la Cena Emmanuel Tiando, au siège de l’institution. L’opposition n’avait pas été autorisée à participer à ces élections pour des raisons administratives. En signe de protestation, les leaders de l’opposition avaient appelé au boycott du scrutin, largement suivi dans le pays.

Les deux partis proches du président Patrice Talon qui ont participé à l‘élection se partageront donc les 83 sièges du nouveau parlement. L’Union progressiste, selon les tendances publiées totalisent 645.214 voix pour 47 sièges probables et le Bloc républicain 502.411 voix pour 36 sièges probables. “Dans 39 arrondissements (sur les 546 que compte le pays), le vote n’a pas pu se tenir en raison de certains incidents”, a aussi indiqué M. Tiando.

La plateforme d’observation de société civile a fait état de deux morts lors du vote, sur un total de 206 incidents dont des destructions et incendie de matériel électoral, accrochages entre militants des partis, populations et force de sécurité publique.

Par ailleurs, la Cour constitutionnelle doit proclamer les résultats provisoires d’abord, définitifs ensuite, après l’examen des litiges éventuels. Lundi, au lendemain de la journée de vote, les ex-présidents du Bénin Boni Yayi et Nicéphore Soglo, avaient lancé un ultimatum au chef de l’État, lui demandant d’arrêter le processus électoral.

En réponse, ce sont trois anciens présidents de l’Assemblée nationale qui ont pris la parole mardi devant la presse dans un grand hôtel de Cotonou. « Avec des appels de ce genre, les risques d’aventure sont grands », regrettent Mathurin Nago, Idji Kolawolé et Bruno Amoussou, qui appartiennent tous à la majorité. Ils demandent aux anciens chefs d’Etat de rester dans leur rôle de rassembleurs.

Le taux de participation à des élections n‘était jamais descendu sous la barre des 50% depuis que le Bénin est entré en démocratie en 1990, et est considéré comme un modèle en Afrique de l’Ouest.

Deux partis proches du pouvoir s’affrontaient, le Bloc Républicain et l’Union Progressiste. ACP/Kayu/May

Partagez cet article