La  fête du travail

Les quotidiens parus jeudi 2 mai 2019 à Kinshasa se focalisent sur la fête du travail et les ordonnances du Chef de l’Etat.

Au sujet de la fête du travail, Agence congolaise de presse (ACP) indique que le ministre d’Etat en charge de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Lambert Matuku Memas a invité le patronat et les travailleurs à consolider un partenariat social, inclusif et fécond au bénéfice de tous les acteurs du monde de travail  pour une stabilité sociale durable, lors de son message à la nation. Selon lui, note le média public, cette fête doit interpeller tout le monde à faire une introspection sur les relations professionnelles et servir de cadre pour améliorer la qualité du dialogue social et de l’environnement socio-économique.

Le ministre a  déploré les perturbations enregistrées dans le secteur du commerce où les travailleurs ont débrayé à la suite de la mauvaise foi de leurs patrons qui n’ont pas respecté la réglementation en la matière, dont le non application du SMIG, conclut l’agence nationale.

L’agence nationale revient sur les deux ordonnances du Président de la République rendues publiques à la télévision nationale mardi 30 avril, soulignant qu’aux termes de la première ordonnance, le Chef de l’Etat a créé l’Agence  pour la prévention et la lutte contre la traite des personnes et nommé à la Société nationale d’assurance (SONAS),  Mme Cécile Rebecca Leta Kasanda en qualité de  coordonnatrice. Par la seconde, le Chef de l’Etat a nommé M. Kubamini président du conseil d’administration de la Société nationale d’assurance (SONAS), tandis que MM. Boyeme et Gilbert Badibanga sont nommés respectivement directeur général et directeur général adjoint de la SONAS.

A propos de la fête du travail, Forum des As, de son côté, indique que le président national de la Confédération syndicale du Congo (CSC), Guy Kolela Tshibangu a appelé le Président Félix Tshisekedi à s’impliquer personnellement dans la réduction de la tension salariale en RD Congo. Il a stigmatisé, précise le journal, les écarts entre les émoluments des parlementaires et les salaires jugés trop bas des agents de carrière, notamment les fonctionnaires de l’Etat, les militaires, les policiers et les enseignants.

Selon Guy Kuku, ces écarts assez considérables, sont à l’origine des frustrations permanentes dans les milieux de l’emploi en RD Congo tels que les injustices sociales que le nouveau pouvoir doit corriger. «  Il est inadmissible qu’un député national, un sénateur qui travaille pendant six mois seulement l’an, reçoive des émoluments allant jusqu’à 13.000 dollars américains, alors qu’un enseignant qui passe toute sa vie à éduquer, instruire les enfants attend un salaire mensuel de misère de 89.000fc, soit quelque 55$USD qui l’expose à toutes les antivaleurs », écrit le tabloïd se référant au numéro 1 de l’Intersyndicale nationale du Congo.

Le confrère revient également sur les ordonnances du Chef de l’Etat et  focalise son attention sur la nomination du directeur général de la Société nationale d’assurances (SONAS). Le nouveau directeur général, Boyeme remplace ainsi Carole Agito qui a été élue sénatrice, explique le quotidien.

La Prospérité écrit, pour sa part, que  l’autorité morale du FCC a adressé des messages particuliers aux gestionnaires des provinces, (gouverneurs du FCC), vieux et neufs, en cette période des préliminaires de la présente mandature sous le règne de Félix Tshisekedi, notamment les remerciements aux anciens gouverneurs du FCC du travail accompli pour la nation sous les couleurs de la famille politique et les félicitations aux nouveaux.

Le Phare fait connaître, de son côté, que les travaux du programme de 100 jours du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, sont déjà exécutés à 80% à Kinshasa, soulignant par ailleurs, qu’aucun problème n’est évoqué au sujet du financement.

Partagez cet article