La négation des droits de la femme parmi les principales causes de violences sexuelles en RDC, selon un avocat

Kinshasa, 10  juillet 2019 (ACP).- Me Célestin Kutenalo  avocat  au barreau de Kinshasa/Gombe et président  de l’ONG «défense des droits des femmes et des enfants» (DDF), a qualifié mercredi au cours  d’un entretien avec l’ACP la négation des droits de la femme comme l’une des principales causes des violences  sexuelles en république démocratique du Congo (RDC.

Dans ce cadre, il a soutenu qu’il est indispensable de vulgariser les normes sociales liées aux genres, en vue de faire connaitre que l’homme et la femme sont deux êtres semblables  appelés à vivre ensemble avec les mêmes respect et droits tel que définis par la déclaration universelle de droits de l’homme (DUDH).

Par ailleurs, l’avocat a recommandé des campagnes de sensibilisation en matière des droits humains et des violences sexuelles,  l’organisation des séminaires et colloques à l’intention des hommes et des femmes pour permettre à tous de reconnaitre et de lutter contre les VSBG.

Me Kutenalo a d’autre part confirmé que la partie Est de la RDC est la plus touchée  par rapport à la problématique relative aux violences faites à la femme, à cause de la présence de plusieurs groupes armés  à l’origine de l’insécurité et de la déstabilisation du pays. ACP/DNM/NIG

Partagez cet article