La place de l’endoscopie dans le diagnostic de l’endométriose expliquée par un spécialiste

Kinshasa, 17 juillet 2019 (ACP).- Le Pr Emmanuel Nzau Ngoma, gynécologue obstétricien aux Cliniques universitaires de Kinshasa (CUK) et initiateur de la Fondation DAEMMI Berlin (FoDAB), a expliqué mercredi à Kinshasa, la place de l’endoscopie dans le diagnostic et le traitement de l’endométriose, au cours d’un entretien avec l’ACP.

Selon ce spécialiste, l’endométriose fait souffrir plusieurs femmes, soit 1 femme sur 10 en France. Pour la RDC, les statistiques ne sont pas encore disponibles, mais les estimations pourraient tourner autour de 300.000 femmes pour la ville de Kinshasa.

L’endométriose est une localisation de la couche qui donne les règles en dehors de l’intérieur de la cavité de la matrice, c’est-à-dire dans d’autres organes comme les intestins, les ovaires, la vessie, etc. Et l’endoscopie est un moyen qu’un médecin peut utiliser pour aller explorer une partie du corps humain dans l’objectif de découvrir la raison d’un symptôme ou d’une plainte du malade et/ou d’appliquer un traitement qui peut être chirurgical, a fait savoir le Pr Nzau Ngoma de la faculté de médecine de l’université de Kinshasa.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, cette technique est réalisée par un appareil appelé endoscope, qui amène la lumière à l’intérieur du corps humain et ramène l’image à l’opérateur. L’endoscope peut entrer par les voix naturelles comme la bouche, le nez, l’anus ou par des petites incisions au niveau du ventre. Cette méthode présente plusieurs avantages notamment l’esthétique dans la cicatrisation, la réduction du temps d’hospitalisation, la reprise rapide du travail et tant d’autres.

Le Dr  Nzau Ngoma a fait remarquer que l’endoscopie explore une partie du corps, change d’appellation ou de préfixe en fonction de l’organe exploré, comme par exemples l’hystéroscopie pour l’utérus, la colonoscopie pour le gros intestin, la laparoscopie pour l’intérieur du ventre, la bronchoscopie pour les bronches, la gastroscopie pour l’estomac, etc.

Il a souligné que la laparoscopie est l’un des examens clé pour poser le diagnostic de la forme la plus fréquente de l’endométriose et également un moyen clé pour son traitement. La prise en charge de l’endométriose ne la guérit pas toujours complètement, mais permet souvent à la personne malade de mener une vie normale en soulageant les douleurs et les retentissements tels que l’infertilité.

Le traitement devrait être individualisé selon les formes de l’endométriose parce toutes les patientes ne se présentent pas avec les mêmes problèmes, a-t-il conclu. ACP/FNG/DNM/Wet/Kji

Partagez cet article