La planification familiale est un facteur de la croissance économique, selon un gynécologue

Kinshasa,  19 mai 2019 (ACP).- Mme Albertine Maswaka, encadreuse des jeunes de l’ONG « Mwasi ya Bwanya » et médecin  gynécologue au centre de santé «Libiki» dans la commune de Kimbanseke, à Kinshasa,  qualifié la planification familiale d’un facteur de la croissance économique, au cours d’un entretien le week-end avec l’ACP.

Elle a estimé que pour combattre la précarité de la vie dans certaines communautés en République Démocratique du Congo,  il faudrait que les couples aient moins d’enfants à charge. Cela leur permettrait d’économiser plus. «En investissant dans la planification familiale, nous sauvons non seulement des vies, mais aussi réalisons d’importantes économies dans plusieurs domaines de la vie», a-t-elle soutenu, soulignant que celle-ci est «l’une des interventions la moins chère, la moins rentable et qui a  un impact plus durable sur la santé et pour le développement de la population jeune ».

Mme Maswaka a cependant regretté de constater que la planification familiale soit encore ignorée en tant que stratégie essentielle pour l’amélioration de la santé en milieu  urbain. Elle a aussi relevé le fait que les services de planification familiale sont de plus en plus indisponibles en zones rurales et dans les régions les plus isolées. Pour la gynécologue, cette situation fait que les pays les moins développés restent avec une population plus pauvre. ACP/DNM/May/Mpk

Partagez cet article