La promesse du Président de la République de travailler pour l’unité du pays

 La promesse du Président de la République de travailler pour l’unité du pays

La majorité des journaux parus lundi 10 juin 2019 à Kinshasa focalisent leur attention sur la promesse du Chef de l’Etat de travailler pour l’unité du pays, à la suite de la visite officielle de la Première dame au Rwanda et à l’Assemblée nationale.

Agence congolaise de presse (ACP) ouvre son bulletin par la déclaration du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui  réitère sa promesse de travailler pendant tout son mandat pour l’unité du peuple congolais, lors de l’audience accordée aux musiciens chrétiens venus lui faire écouter leur chanson ayant pour thème l’unité du pays. «Vous avez fait un exploit. C’est une idée  qui vient de Dieu. Il faut que les gens s’imprègnent de cette chanson», écrit l’agence nationale, tirant un extrait du discours du Chef de l’Etat. «Denise Nyakeru Tshisekedi en visite officielle au Rwanda», titre, par ailleurs la presse officielle, indiquant que la Première Dame de la République démocratique du Congo est arrivée dimanche au Rwanda pour une visite officielle de deux jours où elle rencontrera Mme Jeannette Nyiramongi  Kagame, Première dame du Rwanda, avec qui elle va échanger sur  leurs engagements sociaux.

Le média public rappelle, en outre que la Première dame du Rwanda est la fondatrice et présidente de la fondation Imbuto, engagée dans la lutte contre le VIH, ajoutant que l’arrivée de l’épouse de Félix Tshisekedi au Rwanda intervient quelques jours après son séjour à Bukavu où elle s’est notamment rendue à l’Hôpital de Panzi qui soigne les femmes victimes des violences sexuelles.

Forum des As, de son côté, écrit que le clash qui s’est tourné lors de la plénière du vendredi à l’Assemblée nationale, remet sur le tapis l’urgence de la formation du gouvernement. Le quotidien poursuit qu’à l’origine, la motion incidentielle d’un député FCC sur les deux ordonnances présidentielles du 3 juin courant, portant nomination des membres du Conseil d’administration de la Gécamines et de la Société nationale du chemin de fer du Congo (SNCC) qui ont provoqué ses premières passions, sous la présidence de Jeanine Mabunda qui a levé l’option d’initier un débat sur les deux décisions du président Félix Tshisekedi.

Après l’Assemblée nationale, le journal de la 11ème Rue Limete, se tourne au perchoir du Sénat faisant savoir que : «ça se chuchote autour d’Alexis Thambwe Mwamba ». En attendant cette élection de grands enjeux au perchoir du Sénat, note le quotidien, plusieurs noms sont cités comme éventuels successeurs de Léon Kengo Wa Dondo. Dans les travées du 3ème niveau de l’aile droite du Palais du peuple, Alexis Thambwe Mwamba, ministre honoraire de la Justice et garde des sceaux, bénéficie des faveurs de tous les pronostics.

La Prospérité souligne, pour sa part, que sauf ultime modification de calendrier, c’est en principe lundi 10 avril que le Sénat doit adopter son projet de Règlement intérieur. Après le vote attendu, le texte sera envoyé à la Cour constitutionnelle pour ultime avis de conformité à la Constitution, soulignant que c’est à l’issue du prononcé de la Haute Cour que la chambre haute procédera à l’élection des membres de son Bureau définitif.

L’Assemblée nationale a-t-elle orchestré de manière intentionnelle l’outrage au Chef de l’État ?, se questionne, de son côté, Le Potentiel. La question reste posée après le débat engagé en plénière du vendredi 7 juin à l’hémicycle du Palais du peuple, sur les ordonnances du Président de la République nommant les gestionnaires de la SNCC et de la Gécamines. L’on note l’imbroglio entre les sociétaires de la coalition FCC-CACH. Les freins ont finalement lâché surtout quand le FCC Nawej Mundele, visiblement dicté par des ténors connus du FCC dans la salle, ne s’est pas empêché d’affirmer que Félix Tshisekedi a signé ces ordonnances à l’État «d’inconscience».

Le Phare signale, pour sa part, qu’un coup fourré a été donné à Félix Tshisekedi à l’Assemblée Nationale. Alors que le processus de mise en place des commissions permanentes était l’unique point inscrit à l’ordre du jour, fait savoir le confrère, une fausse motion incidentielle sur les ordonnances présidentielles portant nomination des mandataires publics à la SNCC (Société Nationale des Chemins de fer du Congo) et à la Gécamines (Générale des Carrières et des Mines), manifestement ficelée dans les officines du FCC (Front Commun pour le Congo), a semé un grand trouble dans les esprits.

L’Avenir se questionne aussi : « Les députés nationaux ont-ils le droit de critiquer les actes posés par le Président de la République ? Le moins que l’on puisse dire est que l’UDPS, dans son ensemble, n’a pas apprécié le débat, vendredi dernier à  l’Assemblée nationale, sur les ordonnances présidentielles portant nomination des membres du conseil d’administration et de la direction générale à la tête de la SNCC (Société nationale des chemins de fer du Congo) et de la Gécamines (Générale des carrières et des mines).

Partagez cet article