La sécurité routière est une responsabilité partagée entre les différents usagers, selon Mme Kayiba

Kinshasa, 10 août 2019 (ACP).- La présidente de l’Union des journalistes et communicateurs de sécurité routière de la RDC (UJCSR/RDC), Bienvenue Kayiba a affirmé samedi, lors de la sortie officielle de cette structure dans la commune de Gombe, que la sécurité routière est une responsabilité partagée entre les différents usagers de la route.

Selon elle, tous les usagers sont concernés par la sécurité routière car, personne n’est épargnée aux accidents de circulation, soulignant que sa structure se mettra à la disposition de la Commission nationale de prévention routière (CNPR) en tant qu’organe chef de file de prévention et sécurité routière comme le cas de leurs semblables au Bénin, en Côte d’Ivoire, en Belgique et partout ailleurs, pour se former et informer afin d’apporter la vrai information auprès du public.

En effet, a-t-elle dit, « C’est depuis longtemps que la problématique de l’insécurité routière bat le jour et intéresse la presse mondiale et moins dans notre pays. Pis encore il est difficile, à l’heure actuelle, de dénicher quel journaliste fait quoi, quand, où et comment dans la communication en matière de prévention et de sécurité routière. »

C’est à partir de 2013 que le journaliste congolais a pris le goût de soutenir les ministères de la Communication et médias par le canal des organes de presse officielle et celui des Transports et communications, par l’entremise de la CNPR, dans des différentes actions de sensibilisation en matière de sécurité routière.

Les missions et objectifs de l’UJCSR/RDC

Pour sa part, le vice-président de l’UJCSR/RDC, Flory Kikambo a fait la  présentation de cette structure avant de définir ses objectifs, notamment créer un cadre de concertation, de solidarité, d’entraide et d’échanges d’expériences, de contribuer à la formation et au renforcement des capacités techniques des femmes et des hommes des médias sur la question de sécurité routière, ainsi qu’à la réduction de taux et de nombre des morts et des blessés sur la route à travers l’éducation et la sensibilisation des usagers routiers.

Il a demandé, à cet effet, aux autorités compétentes et les organismes nationaux et internationaux ainsi que les partenaires spécialisés dans ce domaine de leur ouvrir les portes pour une meilleure collaboration.

L’expert en circulation multimodale, Vale Manga, a,  de son côté, demandé aux journalistes de la sécurité routière de s’orienter vers le multimodale afin de sécuriser tous les modes de transport et à entrer en contact avec d’autres pays pour améliorer le système routier congolais. ACP/ZNG/Wet

Partagez cet article