Lancement du projet d’animation du portail open timber auprès des acteurs du secteur forestier

Kinshasa, 12 Juil. 2019 (ACP).- Le Secrétaire général à l’Environnement et développement durable, Benjamin Toirambe a lancé vendredi à Kinshasa le «projet d’animation du Portail open timber (OTP) auprès des acteurs du secteur prive forestier en RDC».

Les forêts de la RDC n’appartiennent pas seulement aux congolais, mais aussi à l’humanité toute entière vue son importance, après celles de l’Amazonie qui sont actuellement abusivement exploitées et recevant paradoxalement plus de financement par rapport aux forêts du Bassin du Congo, a laissé entendre Benjamin Toirambe.

Il a rappelé que c’est en octobre 2010 que la RDC a sollicité auprès de l’Union Européenne l’ouverture des négociations en vue de poursuivre et de renforcer les réformes du secteur forestier entamé par le gouvernement depuis 2002.

Le représentant de la FAO, Aristide Ongone Obame, a émis le vœu de voir les enseignements de ces assises concourir à l’amélioration du secteur forestier et de la gouvernance forestière.

La nécessité de promouvoir la communication par le rapportage, a – t- il dit, est un atout pour lutter contre la déforestation, qui poussera les acteurs à améliorer l’accès à l’information transparente mise à la disposition de tous.

L’atelier contribuera à l’amélioration de la gouvernance forestière, selon Gabriel Mola

Le président de la Fédération des industriels du bois (FIB), Gabriel Mola a reconnu que cet atelier contribuera à l’amélioration de la gouvernance forestière par la mise en place des instruments de légalité dans le cadre du processus (APV)-FLEGT (Règlementation sur la gouvernance de l’exploitation forestière et le commerce), avant de relever les défis existant, relatifs à l’accès à l’information et à la transparence, condition sine qua non pour une amélioration de la gouvernance forestière en RDC.

Gabriel Mola a indiqué que, dans le cadre du Règlement bois de l’UE entré en vigueur en mars 2013, les exportateurs ont été soumis à un certain nombre d’obligation en matière de diligence raisonnée, soulignant qu’il est essentiel de promouvoir la diffusion des informations actualisées sur les exigences légales et réglementaires en vigueur en matière d’exploitation forestière, sur les volumes et les titres d’origine des bois exportés.

La FIB, a- t- il souligné, conformément à ses statuts a l’obligation d’accompagner ses membres dans la mise en œuvre des mécanismes de gestion durable pour une meilleure utilisation des écosystèmes forestiers.

C’est dans ce contexte qu’elle a sollicité un appui dans le cadre du Programme FAO-UE-FLEGT pour la mise en œuvre du Plan d’action FLEGT visant l’amélioration de la gouvernance forestière auprès de la FAO.

Ce projet a pour objectif de favoriser la transparence par l’utilisation de la plateforme par les entreprises de la filière bois de la RDC, avant d’annoncer les perspectives de collaboration entre sa corporation et l’ONG international World Resource Institute (WRI).

Ainsi, la FIB invite les acteurs du secteur forestier impliqués dans l’exécution du projet à se l’approprier non seulement pour sa survie du secteur et surtout pour l’amélioration de l’image de marque des entreprises forestières. ACP/DNM/May

Partagez cet article