L’Assemblée nationale réfute les allégations l’accusant de mettre en cause des actes du Président

Kinshasa, 10 juin 2019 (ACP).- L’Assemblée nationale n’avait pas l’intention de mettre en cause les actes administratifs pris par le Chef de l’Etat, a déclaré le rapporteur de l’Assemblée nationale, Célestin Musao Kalombo, à l’issue de la réunion du bureau de cette institution tenue lundi, au Palais du peuple. «Personne n’a posé la problématique de mettre en cause les actes pris par le Chef de l’Etat parce que la Constitution nous l’interdit», a souligné le rapporteur Musao Kalombo, ajoutant que le débat de la plénière de vendredi dernier, était  une discussion autour de la gestion des entreprises du Portefeuille et non pour bloquer l’exécution des ordonnances du Chef de l’Etat nommant les gestionnaires de la GECAMINES et la SNCC. «Nous savons que le Chef de l’Etat est effectivement irresponsable devant le Parlement. Et ces actes ne peuvent pas faire l’objet des discussions. Vous avez remarqué que chaque député qui a pris la parole avait tendance à se poser la question sur l’exécutif, le comportement de l’exécutif qui a abouti à une orientation. C’est parce que le Chef de l’Etat a des services, il a un gouvernement. C’est à ces structures que des questions étaient réservées», a-t-il encore dit.

Selon Célestin Musao Kalombo, la présidente de l’Assemblée nationale recadrait ceux qui prenaient la parole parce qu’il n’était pas question de mettre en cause les actes administratifs pris par le Chef de l’Etat. Le rapporteur de l’Assemblée nationale a rappelé que le Palais du peuple, siège du Parlement est inviolable. ACP/DNM/JGD/Fmb

Partagez cet article