Le budget pour la gratuité de l’enseignement de base chiffré à 2,9 milliards USD par année

Kinshasa, 11 juillet 2019 (ACP).- Le ministère de l’Enseignement, primaire, secondaire et professionnel (EPSP) a présenté jeudi à Kinshasa, au Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le projet  de budget pour la gratuité de l’enseignement de base chiffré à 2,9 milliards USD et une proposition sur les préalables à son application pour l’année scolaire 2019-2020, indique le ministère de l’EPSP dans un communiqué reçu le même jour à l’ACP.

Selon le communiqué, parmi les exigences proposées, quant à la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base, on note le paiement de 542.834  enseignants pour un montant de 2,7 milliards USD dont 132.614 enseignants à mécaniser, 113 millions USD pour le fonctionnement de l’enseignement de base et des bureaux gestionnaires , 8 millions USD pour la prise en charge par l’Etat des frais des bulletins pour 13.579.065 élèves.

Sur le plan technique et financier, souligne le communiqué, la réalité est autre d’autant plus que pour assurer la gratuité de l’enseignement, les objectifs de développement durable (ODD) renseignent que le pays doit allouer environ 2,9 milliards USD par an à ce   secteur. Un prélèvement de 1,6 milliards, soit 54% doivent être affectés à l’enseignement de base.

La source indique également que l’analyse de la société civile sur le projet de loi de Finances 2019 renseigne que sur 25 millions d’enfants à l’âge de scolarisation, la RDC investie par élève 38,7 USD par an. Par contre, en Angola, le budget investi  pour  chaque élève par an est de 690,7 USD, la République du Congo est à 334, 60 USD.

Avec un Budget de 5,9 milliards USD en 2019, les dépenses de l’Enseignement primaire et secondaire sont évaluées à 692,9 millions USD, soit 71,24% de l’ensemble du budget alloué à l’Enseignement national, 80% des allocations budgétaires de l’EPSP étant affectés à la rémunération du personnel administratif et enseignant.

Un faible taux d’exécution des dépenses d’investissement

Par ailleurs, une étude menée par l’Observatoire de la dépense publique sur les dépenses des secteurs sociaux de 2012-2016, démontre que l’exécution du budget de l’EPSP reste marquée par une prépondérance des dépenses de la rémunération (90%) et un faible taux d’exécution des dépenses d’investissement, ajoute la source.

Selon la source, à ces jours, environs 140.269 enseignants attendent la mécanisation et réclament le paiement de 100 USD pour un huissier. Le Budget 2019 a prévu une mécanisation de 8.300 enseignants sur 140. 269.

Le communiqué souligne que ce Budget prévoit le financement de 2,8 millions USD pour la formation de 560.000 enseignants, soit 5,1 USD par enseignant, 28,6 millions USD pour le fonctionnement de 2.406 bureaux gestionnaires et 27.696 écoles primaires, soit 951,4 USD par école.

La stratégie sectorielle de l’éducation et de la formation 2016-2025, note la source, prévoit la construction de 1.000 écoles par an. Les différents budgets proposés chaque année ne couvre que les dépenses d’au moins 400 écoles par an. 

Perte de qualité de l’éducation

Le communiqué évoque certains faits qui sont à la base de la perte de qualité de l’éducation en RDC, entre autres, le faible financement de l’éducation, la corruption dans le système éducatif (élèves, parents, inspecteurs, enseignants, etc), l’absence de qualification du personnel enseignant, le phénomène 100% pour le diplôme d’Etat, la multiplicité des frais conduisant les familles pauvres à ne pas envoyer leurs enfants à l’école. Bref, l’école ne pourrait pas  être accessible à tous les enfants si  le phénomène de prise en charge de l’enseignant par les parents perdurait.

Le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a annoncé l’application de la gratuité de l’Enseignement primaire et secondaire (EPSP) dès l’année scolaire 2019-2020, lors des échanges avec la communauté congolaise vivant à Nairobi.  ACP/FNG/KJI/JFM

Partagez cet article