Le fondateur de l’UTBC pour la trilogie : Etat-université et entreprise en vue de l’émergence de la RDC

Kinshasa, 27 juin 2019(ACP).- Le fondateur de l’Université technologique Bel Campus(UTBC), Léopold Bossekota Watshia a préconisé, jeudi,  la trilogie entre l’Etat, l’université et l’entreprise pour se convenir de type d’hommes à former devant assurer l’émergence de la RDC.

M. Léopold Bossekota Watshia l’a fait savoir dans son discours de circonstance, à l’ouverture du colloque international sur le thème : «La professionnalité et employabilité des diplômés : enjeux et perspectives de création d’emplois», organisé par son établissement  dans son site de Limete les 27 et 28 juin 2019.

Il a souligné le rôle combien important de l’université dans la formation du capital humain susceptible de transformer les ressources naturelles en richesses réelles et de  prendre en compte les besoins de la société.

Léopold Bossekota  qui a déploré l’inadéquation entre l’université et la société, a dit que l’Université technologique Bel Campus a mis sur pied une structure  «pro master» pour accompagner les étudiants dans l’organisation de l’entrepreneuriat  à l’issue de la formation dans toutes les filières.

Ce  pro master  de l’UTBC qui est une valeur ajoutée professionnelle, a-t-il dit,  devra désormais améliorer  l’employabilité en dotant les étudiants et les travailleurs des compétences managériales et de créativité d’emplois.

Ce colloque international met en exergue toute cette  problématique de l’adéquation  entre la formation offerte par les universités et les emplois disponibles sur le marché alors que les perspectives de création d’emploi peuvent être exploitées pendant et à l’issue des études universitaires.

Les différentes personnalités du monde scientifique venues des universités congolaises et étrangères, réfléchissent sur l’apport de l’université à résorber la crise de création d’emplois  par  la professionnalité des diplômés dans leur capacité à devenir créateur de leur emploi.

Nécessité d’un enseignement supérieur répondant aux besoins de la société

Dans sa conférence introductive sur «Regards croisés sur le système d’enseignement supérieur et universitaire», le   recteur de l’UTBC,  le Pr Albert Essanga Tolongo a soutenu que «sans l’enseignement supérieur et universitaire répondant aux besoins de la société, il n’y a pas de développement».

«Depuis l’indépendance en 1960, le système éducatif congolais hérité de la colonisation reste toujours le même et le pays non plus n’est pas développé»,  a-t-il dit, ajoutant que la RDC n’a pas planifié son développement  et l’université ne peut  fonctionner sans la capacité de transformer les ressources naturelles en richesses réelles.

Les ressources naturelles de la RDC sont plutôt exploitées par les étrangers, a-t-il indiqué, préconisant la nécessité de lancer une  révolution scientifique à l’ESU pour transformer la formation en formant un autre type d’hommes et non les auxiliaires  et de  recenser de toutes les ressources naturelles pour élaborer un plan national de développement.

Les échanges pendant les deux jours se focalisent sur les interventions autour des panels  « Comment faire de  l’étudiant le promoteur ou le créateur de futur emploi », « Inadéquation entre la formation et les emplois disponibles sur le marché du travail », «Le rôle et la place du numérique dans la formation et l’employabilité des jeunes diplômés », « Réussir son démarrage d’entreprise personnalisée », « Le partage d’expériences étudiantes » et « Les structures d’accompagnement ». ACP/Zng/May/Cfm

Partagez cet article