Le grade de docteur en sciences et techniques documentaires conféré au chef de travaux José Ikiyo

Kinshasa, 07 septembre 2019(ACP).- Le secrétaire général administratif de l’Université de Kinshasa(UNIKIN),  Pr Godefroid Kabengele Dibwe ,  a conféré  samedi  au chef de travaux  José Ikiyo Ingutu Y’Okanga , le grade de docteur en sciences et techniques documentaires à l’issue de la soutenance publique d’une thèse de doctorat intitulée «Les écrits de Gustaaf Hulstaert relatifs à la République démocratique du Congo de 1920-1990 :bibliothèque , bibliométrie et interprétation  bibliologique».

Cette étude qui a valu au récipiendaire la mention «grande distinction», est un essai d’application de la théorie de la bibliologie coloniale aux écrits de  Gustaaf Hulstaert , structurée en trois parties comprenant chacune trois chapitres.

Il a fait savoir que la RDC, ancienne colonie du Royaume de Belgique, a fait l’objet de plusieurs écrits qui remontent à la partie coloniale grâce à la plume des chercheurs occidentaux et belges en particulier.

Ces livres centrés sur le Congo, a dit l’impétrant, nous renseignent plusieurs études, rapports et sources historiques concordantes répertoriés par les biographes coloniaux et conservés spécialement dans le musée royal d’Afrique centrale de Tervuren en Belgique et aussi dans les bibliothèques coloniales disséminées sur le territoire congolais.

Parmi ces œuvres coloniales belges relatives à la RDC, a-t-il poursuivi, son étude porte sur un champ particulier : l’œuvre écrite du père Gustaaf Hulstaert comprenant essentiellement des supports monographiques, des périodiques et des correspondances de l’auteur, encore disponibles  à la bibliothèque Aequatoria  située à Bamanya, mission catholique se trouvant à 10 Km du centre –ville de Mbandaka, chef lieu de la province de l’Equateur.

De l’avis de nombreux chercheurs africanistes et historiens , Gustaaf Hulstaert, missionnaire catholique belge au Congo pendant 66 ans , décédé et enterré en RDC et plus précisément à Bamanya à l’Equateur ,  est considéré comme l’un de grands protagonistes de l’œuvre coloniale belge au Congo au regard de sa production écrite   qui se révèle incontestable.

Cette étude doctorale a tenté d’évaluer ce fonds documentaire d’un point de vue bibliographique afin de dégager les données bibliographiques les plus représentatives qui devront être expliquées  selon la théorie de la bibliologie coloniale.

Cette étude entre dans le cadre des recherches effectuées sur le livre en Afrique francophone et plus particulièrement en RDC.

Cette recherche répond, a ajouté le récipiendaire, à l’une des grandes recommandations de l’Association internationale de la bibliologie(AIB) qui s’est investie dans le renouvellement de la bibliologie et dans l’étude des systèmes  de communication écrite dans le monde en général et en Afrique en particulier, en faisant  le bilan des écrits de l’époque coloniale belge jusqu’à la période postcoloniale, soit de 1920 à 1990, en inscrivant dans la démarche trilogique  bibliographie –bibliométrie –bibliologie traduite par la triade inventaire , analyse et explication bibliologique  sur fond de la théorie moderne de la bibliologie coloniale.

Le jury examinateur de cette thèse est composé des professeurs Abata Diabar Sona, promoteur de ladite thèse, Chelo Lotsima, président du jury, Mundeke Otom’si, secrétaire du jury , Mumbanza Bawele , Manuana Nseka , Kibanda Matungila et GubarikinWa Mudi  des membres du jury.

Le  secrétaire général administratif a remis au nouveau docteur  José Ikiyo Ingutu du département des sciences et techniques documentaires de la faculté des lettres et sciences humaines, les insignes de l’UNIKIN pour la jouissance des droits attachés à ce grade. ACP/Fng/May

Partagez cet article