Le ministère de l’Environnement satisfait de l’engagement de la société civile dans le processus de négociation des clauses sociales

Kinshasa, 10 août 2019 (ACP).- Le ministère de l’Environnement et Développement durable se réjouit de l’engagement de la société civile dans le processus de négociation et de suivi des accords des clauses sociales et salue les initiatives du Fonds Mondial pour la nature (WWF-RDC), ainsi que le travail d’accompagnement et de renforcement des capacités qu’il abat au bénéfice des organisations de la société civile, des concessionnaires forestiers et des communautés locales, a déclaré le directeur général de forêts, Ir José Ilanga, dans son allocution lue par son délégué, Claude Mola, à la clôture de l’atelier organisé du 31 juillet au 09 août 2019, à Kinkole, dans la commune de la Nsele.

Le directeur Ir José Ilanga  a souligné que, dans le cadre de la réforme de son secteur forestier, la RDC a résolu non seulement d’impliquer les communautés locales dans la gestion de ses forêts, mais aussi de leur faire bénéficier du fruit de l’exploitation desdites forêts. Cela en vue de contribuer au développement de leurs milieux de vie respectifs et de garantir la paix sociale sans laquelle l’exploitation des ressources sera impossible.

Cette volonté est concrétisée en partie par la mise en œuvre du processus des accords de clauses sociales, a- t- il dit, avant d’appeler chaque acteur concerné à jouer son rôle comme il faut dans ledit processus, dans une approche concertée. «C’est de cette manière que l’on pourra préserver la paix sociale et garantir une gestion et une exploitation forestière harmonieuse pour atteindre des résultats escomptés», a conclu l’Ir Ilanga.   

Le WWF associe la société civile dans les efforts conjoints pour une gestion durable des ressources forestières

A cette même occasion, le Directeur national du Fonds Mondial pour la nature (WWF-RDC), Juan Sève a déclaré, dans son mot lu par son délégué, Dandy Yela, vendredi, que la série de formations sur le renforcement des capacités des organisations de la société civile organisée par le programme gouvernance forestière est une manière pour son organisation d’associer cette corporation dans les efforts conjoints pour une gestion durable des ressources forestières  dans le pays.

Conformément au Code forestier en vigueur en RDC, a-t-il dit, «le programme gouvernance forestière du WWF s’articule sur deux axes prioritaires, à savoir le suivi de la mise en œuvre des clauses sociales de deuxième génération et la lutte contre l’exploitation illégale du bois en RDC».

C’est dans le cadre de l’axe prioritaire relatif au suivi de la mise en œuvre des clauses sociales que les organisations de la société civile ont participé à cette session de formation sur la facilitation des négociations et le monitoring de la mise en œuvre des accords de clauses sociales des contrats d’exploitation des concessions forestières.

Selon Juan Sève, la cérémonie s’est inscrite dans le cadre dudit programme qui fait partie de la thématique du WWF « Forêt et Agriculture qui a pour objectif principal d’investir dans la forêt et l’agriculture pour le bien-être humain et de la nature ».

La formation contribue à entretenir et à adapter les compétences. Elle vient pour compléter une formation initiale, notamment pour répondre à des besoins spécifiques. La formation permet aussi de se perfectionner dans un domaine et de développer des compétences supplémentaires pour mieux répondre aux attentes, a-t-il estimé.

Le WWF est convaincu que les récipiendaires, ayant bénéficié de ces formations grâce à l’appui financier de la Coopération Norvégienne (NORAD) et en collaboration avec d’autres experts sont maintenant mieux outillés pour accompagner tous les acteurs du secteur dans la mise en pratique des connaissances acquises.

Cette session de formation , a suggéré Juan Sève, doit avoir permis les organisations de la société civile d’être désormais mieux équipées, d’avoir acquis des techniques d’observation indépendante et d’utilisation du GPS, un outil de collecte des données sur le terrain et de comprendre mieux comment collecter des données géographiques dans des lieux d’exécution et de différentes réalisations socioéconomiques.

Selon cet expert, ils sont maintenant aptes à mener les négociations, à rédiger les avenants aux accords et bien évidemment les clauses sociales, tout en espérant voir les techniciens ayant pris part à ces différentes formations faire bon usage des connaissances acquises et en faire bénéficier à leurs organisations respectives à travers des sessions de restitution afin de pérenniser les acquis obtenus.

Il a, en outre, rappelé que la stratégie de conservation de WWF en RDC repose sur quatre piliers thématiques notamment «Forêt et agriculture, Vie sauvage et Aires protégées, Energie et infrastructures et transversal, ainsi Gouvernance.» ACP/ZNG/Wet

Partagez cet article