Le Pr Ngoma Binda pour la réconciliation politique comme psychotropie et sociotropie

Kinshasa, 23 juin 2019(ACP).- La réconciliation doit en même temps être, pour être complète, une sociotropie, c’est-à-dire, une réinversion au « normal bien pensé »des institutions sociales de base, a déclaré le Pr Elie Ngoma Binda  dans son exposé  sur « la réconciliation politique comme psychotropie et sociotropie » à la matinée philosophique organisée vendredi par le département de philosophie à l’UNIKIN.

«Ce normal réconciliant me parait se découvrir dans une forme d’organisation politique qui réalise la reconnaissance réciproque et l’intégration dans une seule structure des valeurs pertinentes opposées dont la rencontre harmonieuse des prétentions  de la liberté individuelle et des exigences de vie communautaire », a-t-il indiqué.

Il ne s’agirait point, a-t-il dit, d’un problème de structures, spécialement de carence ou de défectuosité des textes de lois, mais plutôt d’une question de mentalité, d’une manière défectueuse de penser et de voir la vie et le bien commun dans la République.

Pour résoudre cette pathologie mentale à laquelle la RDC est confrontée, l’intervenant a souligné la nécessité de créer une petite théorie de réconciliation pour un retournement vers un vivre en commun et en paix , en mettant l’accent dans l’intelligence, l’esprit et la conscience ainsi qu’un état de culture publique des valeurs de socialité et de la justice.

Il a affirmé que la réconciliation est dans la nature de l’homme, elle n’est pas figée, elle est dynamique, et son fondement véritable c’est le sens éthique.

La procédure à appliquer pour rechercher cette réconciliation, a-t-il poursuivi, c’est le dialogue qui  peut réussir à plusieurs conditions entre autres , la  réconciliation véritable, durable et efficace en regardant comme une recherche de la vérité, le passage vers la justice sociale et judiciaire  ainsi que la justice transitionnelle.

Il a à cet effet, recommandé l’organisation d’une instance devant aller vers la réconciliation, la création d’une commission vérité –réconciliation et  d’un comité national des sages de la République pour régler les conflits .Tous ces paramètres se résument dans la psychotropie comprise comme la manière de voir et de concevoir les relations.

Pour Ngoma Binda, la réconciliation comme sociotropie , est une réconciliation institutionnelle , une sorte de renfermement de   manière d’organiser la démocratie devant mettre à profit  les nouvelles manières de la société.

« Il sied de réfléchir à ce stade sur les valeurs des démocraties africaines en quittant la manière imposée  de voir les choses », a dit le philosophe Ngoma Binda, soulignant la nécessité de faire un effort d’aller vers une autre bifurcation pour activer sur la dimension communautaire de vie. « La communauté doit passer avant l’individu », a-t-il soutenu.

Les perdants et les gagnants doivent exercer le pouvoir dans un schéma de 1+3

Dans cette analyse de réconciliation comme sociotropie, le Pr Ngoma Binda dit que concrètement les perdants et les gagnants vont exercer le pouvoir en RDC  dans un schéma 1+3 c’est-à-dire, un Président de la République  et trois vice-présidents issus des gagnants et perdants des élections.

Il a salué l’expérience  de 1+4 de la transition en RDC qu’on avait ridiculisé  à tord  qui devait en principe continuer. Cela permettra, a-t-il affirmé, de mieux réussir la démocratie en RDC.

Les philosophes, a-t-il conclu, ont  l’obligation de créer les idées, les théories dont les décideurs doivent exploiter pour faire avancer la République vers le développement et le bien- être communautaire eu égard notamment aux nombreuses ressources naturelles, le capital humain et l’espace géographique que regorge le pays. ACP/FNG/JGD/NIG

Partagez cet article