Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba échange avec la délégation de la FEC

Kinshasa, 10 août 2019 (ACP).- Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a échangé vendredi, à l’immeuble du gouvernement,  avec la délégation de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) en vue de recueillir leurs avis autour de la formation prochaine de la première équipe gouvernementale de la  3ème République.

Le premier vice-président de la FEC, Jean Pierre Kiwakana qui a conduit cette délégation, a expliqué de façon détaillé au Premier ministre le travail abattu quotidiennement son institution pour contribuer à son développement.

Pour lui, le pays doit être pris globalement en compte, avant de souligner que le fret constitue l’élément de souveraineté d’un pays et le fait de l’avoir délocalisé, constitue une des causes de la mauvaise performance de plusieurs entreprises en RDC, telles que la RVM, la SNCC,  l’ONATRA, l’OGEFREM, etc. D’où, sa recommandation au Premier ministre de ramener le fret à l’intérieur du pays pour son bien et son développement.

Le premier vice-président de la FEC a, en outre,  exhorté le Premier ministre Ilunkamba  à  prendre en compte le problème d’électricité qui, souvent paralyse la bonne marche des entreprises en RDC. C’est pour cette raison qu’il a insisté auprès du Premier ministre sur la matérialisation du Projet Inga 3, pour donner suffisamment de l’énergie électrique à la population en général, et aux opérateurs économiques  en particulier, en vue de diminuer le déficit que le pays connaît en cette matière.

Pour sa part, l’administrateur de la FEC, M.  Kimono a axé son plaidoyer sur  le problème des Banques commerciales et celui du contrôle financier.

 « On ne peut pas être Banquier et importateur en même temps, a-t-il lancé, soulignant  le fait que le contrôle fiscal ne doit pas seulement être policier mais également pédagogique en RDC ».

La FEC, a-t-il poursuivi,  est très intéressée par les problèmes sociaux dans la mesure où ils touchent directement les agents qui travaillent avec sa structure. Pour lui, le gouvernement doit faire en sorte que les citoyens congolais puissent vivre dignement de son travail.

« Le social passe par le travail et, le travail passe par des investissements qui créent des emplois », a-t-il dit, invitant le chef du gouvernement à mettre en place des écoles de formation des métiers et d’artisanat. Le gouvernement doit revenir sur un programme détaillant les besoins primaires  pour former la main d’œuvre congolaise.

Enfin, la vice-présidente de la FEC en charge des femmes et jeunes entrepreneurs,  Mme Éliane Munkeni a plaidé pour l’insertion dans le programme du prochain gouvernement, de la problématique de l’entrepreneuriat en général, mais surtout féminin et des jeunes, en particulier. ACP/ZNG/Wet

Partagez cet article