Les accidents vasculaires cérébraux constituent un sérieux problème de santé publique en RDC

Kinshasa, 09 juillet 2019 (ACP).- Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) constituent un sérieux problème de santé publique, étant donné qu’ils occupent la troisième place des causes de mortalité en RDC, a indiqué mardi à Kinshasa, le Dr Joachim Mbuma Kinabe des Cliniques universitaires de Kinshasa, au cours d’un entretien avec l’ACP.

Les AVC, a-t-il fait savoir, sont à la base de nombreux handicaps. Ce problème de santé était, jadis, considéré comme maladie d’un de la vieillesse (à partir de 75 ans). Actuellement, il touche toutes les couches sociales sans distinction d’âge, avec une proportionnalité égale entre les hommes et les femmes.

Selon l’OMS, il y a un cas d’AVC dans le monde toutes les 4 minutes. En RDC, les statistiques globales sur la prévalence de cette maladie ne sont pas encore disponibles. Toutefois, l’étude menée par le professeur François Lepira et son équipe ressort qu’en 2008, le taux de prévalence était de 28,6% contre 4,8% en 1978, soit une augmentation de la prévalence de près de 25% en 30 ans.

Il a fait savoir que l’AVC n’est pas dû  à la sorcellerie ou à un mauvais sort comme le prétendent certains. C’est plutôt une défaillance de la circulation du sang qui affecte une région plus ou moins importante du cerveau. Il peut également advenir suite à une obstruction (ischémique) ou une rupture (hémorragique) d’un vaisseau sanguin provoquant ainsi la mort des cellules nerveuses, qui sont privés d’oxygène et des éléments nutritifs essentiels à leur fonction.

Pour prévenir ces accidents, le médecin recommande une bonne hygiène de vie, une alimentation saine (moins sucré, salé et gras), la réduction des stress, la pratique quotidienne de l’exercice physique ainsi que le contrôle de la glycémie, de la tension artérielle et du cholestérol.   ACP/FNG/ZNG/Cfm/MPK/CKM/JLL/GNN

Partagez cet article