Les élèves du complexe scolaire Mawete édifiés sur leurs droits et devoirs 

Kinshasa, 17 juin 2019 (ACP).- Le complexe scolaire Mawete, une école privée située dans la commune de Kimbanseke, à Kinshasa, a organisé lundi, une matinée d’échange destinée à édifier les élèves sur les droits et devoirs de l’enfant afin de les prévenir de tout excès dans leur comportement.

Cette activité a été organisée dans le cadre de la célébration de la Journée de l’Enfant africain. La coordonnatrice de cet établissement, Monique Masota a expliqué aux élèves le rôle qu’ils sont censés jouer dans la société, entant que pépinière d’élite et de surcroit avenir du pays. «La RDC sera demain ce qu’il aura fait de sa jeunesse», a-t-il dit.

Elle leur a rappelé le massacre de Soweto, en République sud-africaine, où les élèves noirs s’étaient opposés à la langue afrikans, leur imposée dans l’enseignement par les blancs. Ce qui a poussé les dirigeants africains à décréter cette journée comme celle de l’Enfant africain car beaucoup d’enfants avaient péris ce jour-là, fusillés par des soldats blancs. Pour elle, l’humanité a le devoir d’assurer une protection adéquate à l’enfant en lui apprenant ses droits et ses devoirs.

Monique Masota soutient que la responsabilité des parents et des pouvoirs publics réside, non seulement dans l’assurance de la scolarité à l’enfant mais, aussi dans le suivi de son cursus, pour prévenir la déperdition scolaire, car nombreux sont des élèves qui abandonnent des cours  pour diverses raisons.

Selon elle, la précarité dans laquelle de nombreuses familles africaines se trouvent, met en danger le devenir des leurs progénitures. Plusieurs enfants, victimes de cette situation, continuent à sillonner des marchés, des villes à la recherche des revenus, quand ils ne sont pas simplement poussés à la prostitution.

L’exploitation économique dont les enfants font l’objet, quelles qu’en soient les raisons, doit être un motif pour veiller et mobiliser les partenaires sociaux afin que des décideurs adoptent des politiques adéquates en vue de préserver  ceux qui garantiront l’avenir de l’humanité, a estimé Mme Mosata.

Elle a recommandé aux parents et à tous ceux qui n’ont pas de considération à l’endroit des enfants d’arrêter cela et de dire non aux violences et aux différentes formes de maltraitances faites à ces derniers. ACP/Kayu/DNM/Wet/JFM

Partagez cet article