Les parents victimes des onze morts dans l’unité anti-drogue du Burkina Faso  exigent des réponses

Kinshasa, 21 juillet 2019 (ACP).- Le gouvernement  burkinabè a reçu les parents de onze victimes morts dans l’unité anti-drogue qui s’étaient  présentés samedi tôt le matin devant les morgues pour calmer leurs esprits, ont annoncé dimanche les médias locaux.

Selon les sources, certains parents se trouvaient déjà à l’entrée de la chambre mortuaire, alors qu’un peu plus loin, des policiers stationnés suivaient le rassemblement. Un agent recommandait aux familles de se rendre plutôt au ministère de la Sécurité pour une rencontre.

Devant l’immeuble qui abrite le ministère, le ton commençait à monter au sein des familles, qui reprochaient aux autorités de leur avoir dit qu’elles pouvaient enlever les corps sans aucune autre information sur la suite de l’enquête.

Venu de Bobo Dioulasso, Habib Traoré n’accepte pas « la manière dont ça a été dit de récupérer les corps ». Oncle d’une victime, il affirme avoir « le droit de savoir ce qu’il s’est passé ».

Après un peu plus d’une heure de discussions avec le ministre de la Sécurité et celui de la Justice, les familles ont accepté finalement de procéder à l’identification et à l’inhumation des corps. Mais sans leur dire les circonstances des décès et s’inquiètent que l’enquête ne subisse le même sort que d’autres dossiers.

«Personnellement, je m’en fiche pas mal des résultats de l’autopsie, puisqu’on ne nous a pas demandé notre avis avant de la faire. S’il s’agissait de notre volonté, peut-être que l’enterrement aurait été fait il y a quatre ou cinq jours»  a déploré un proche. «Tout le temps, c’est comme ça : quand on tue des gens, c’est l’autopsie, le gouvernement doit s’occuper de ça, c’est toujours la même chose, rien n’a changé», a rappelé un autre.

Les familles souhaitent connaître les conclusions de l’enquête judiciaire dans les meilleurs délais. ACP/Zng/ May/Mpk

Partagez cet article