L’idéologie d’un pays doit être véhiculée dans un livre, selon un chercheur

Kinshasa, 10 juin 2019 (ACP).- Le développement d’un pays est aussi tributaire de son idéologie qui doit être véhiculée dans un livre dont l’édition devra veiller sur le contenu, a déclaré le chef de travaux Ekolo Adiaka, à l’issue de son intervention à la journée scientifique du département des sciences et techniques de documentation à l’Université de Kinshasa(UNIKIN).

M. Ekolo Adiaka, qui intervenait sur le thème : «les enjeux des maisons d’édition pour l’émergence de la RDC», a indiqué que l’édition d’un livre doit veiller à cette idéologie pour protéger tout un peuple dans les écrits, en procurant les avantages à ce dernier tout en tenant compte de sa culture contrairement à ce que vit  la RDC, qui importe beaucoup d’ouvrages dont l’idéologie véhiculée ignore même la culture  congolaise.

Il a, à cet effet, expliqué le processus de l’édition du livre, en définissant ce qu’une édition, l’éditeur  et son rôle compris dans l’établissement de lien entre l’auteur et  le lecteur .L’éditeur, a-t-il dit, prend les risques financiers et définit aussi les missions et les stratégies  dont devrait avoir une mission d’édition.  «Il conçoit les manuscrits jusqu’en faire un livre même en ligne et  doit choisir les canaux de diffusion, les modalités de marketing, l’accessibilité de la promotion et la valorisation du livre», a-t-il poursuivi.

«En RDC, les éditions font face aux difficultés financières  et du personnel qualifié  dans le domaine du livre  pour faire un travail de qualité», a souligné le chef de travaux Ekolo Adiaka, recommandant à l’Etat de mettre sur pied une structure des professionnels et des scientifiques qui ont une formation  universitaire  pour s’occuper de ce domaine aux ministères de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel(EPSP), de l’Enseignement supérieur et universitaire(ESU) et de la Culture et des arts. Cette structure permettra de renforcer l’éducation des élèves par exemple dans les écoles.

Par ailleurs, le chef de travaux Maboso Ayembe de l’Institut supérieur de statistique de Kinshasa (ISS/KIN) qui a exposé sur le thème «concevoir les archives au 21ème siècle», a recommandé la création en RDC des services d’archives pour la traçabilité dans la gestion de la chose publique.

Il a souligné la nécessité pour les dirigeants congolais  d’encourager la création de ces services d’archives qui constituent des instruments efficaces de contrôle de l’entrée et sortie des fonds, des ressources et autres dans le pays.

Ces services, a-t-il expliqué, doivent dépendre de la Présidence de la République avant d’évoquer plusieurs pays au monde qui se sont développés grâce à de tels services de traçabilité. ACP/Kayu/CKM/JLL/AWA

Partagez cet article