L’importance des livres dans le processus de communication expliquée au Groupe scolaire du Mont Amba

Kinshasa, 17 mai 2019 (ACP).- Le livre constitue une source intéressante d’informations, a expliqué vendredi, le directeur des activités culturelles du Groupe scolaire du Mont Amba  dans la commune de Lemba, Marcel Bilaki, au cours d’une conférence axée sur «l’importance de la documentation».

Selon lui,  les livres  libèrent de l’ignorance à la connaissance, affirmant qu’à ce titre, la lecture est à considérer comme un droit économique, social et culturel reconnu et garanti par l’Etat. Car, a-t-il souligné, toute personne cultivée au moyen de la lecture peut faciliter et favoriser son intégration sociale et professionnelle sans oublier la possibilité, pour elle, d’améliorer la qualité de sa vie.

D’où, a-t-il recommandé, aux parents de faire profiter à leurs enfants de l’instruction qui passe par la lecture,  pour donner à ces derniers les opportunités de nourrir leurs esprits afin d’avoir une vision de la vie axée sur l’émergence de la même manière qu’ils peuvent s’ouvrir à des nouveaux horizons.

Aux parents démunis, il a suggéré l’orientation de leurs enfants vers les ONG humanitaires qui pratique l’alphabétisation fonctionnelle. Celles-ci aident  les bénéficiaires, non seulement à savoir lire, écrire et calculer, mais aussi, à  réfléchir et à apprendre des activités génératrices des revenus même dans le secteur informel.

L’investissement à la documentation utile à la formation du citoyen

Par ailleurs, le directeur Bilaki a recommandé à l’exécutif national d’accorder un pourcentage intéressant à la documentation pour former au pays des véritables citoyens soucieux du bien-être des populations et respectueux du patrimoine national ainsi que des biens privés.

La documentation qui constitue la clé du savoir affranchit les individus du sentiment d’égocentrisme, du vol, de détournement pour renforcer : l’esprit du partage, de solidarité, d’altruisme et d’amour du prochain pour éviter de constater et de supporter, dans l’indifférence, la souffrance du voisin.

Il sied de noter qu’il a insisté, également, sur la nécessité d’augmenter le nombre d’heures des cours de civisme et de religion dans toutes les écoles, afin d’aider les élèves à s’approprier les valeurs que ces deux cours donnent à l’enfant. Au-delà du renforcement de la charge horaire de ces deux disciplines, il a proposé aussi le renforcement des bibliothèques avec des livres religieux et d’éducation civique. ACP/Kayu/JGD

Partagez cet article