L’UNFPA s’engage à assurer la protection de la jeune fille en RDC

Kinshasa, 11 juillet 2019 (ACP).- Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) s’engage à assurer la protection de la jeune fille congolaise et à promouvoir  sa scolarisation, dans l’objectif de l’épargner de certains méfaits dont la délinquance, des mariages précoces et les avortements clandestins, en marge de la journée mondiale de la population célébrée le 11 juillet de chaque année.

Dans ce même ordre d’idées, l’UNFPA fait savoir, dans un message dont une copie est parvenue à l’ACP, que les filles les plus exposées au risque de mariage précoce sont souvent les plus difficiles à protéger, précisant  qu’elles sont issues des familles pauvres, des groupes marginalisés ou vivent en zones rurales. ‘’Dépouillées de leurs chances d’épanouissement personnel et de pleine réalisation de leur potentiel, elles sont plus susceptibles que leurs semblables non mariées de ne pas être scolarisées’’, souiligne encore le message.

L’agence onusienne indique en outre que  le mariage précoce  isole davantage  les filles de leurs familles, de leurs amis et communautés, amenuise leurs moyens de subsistance et représente un danger pour leur santé.

Un programme mondial pour lutter contre les mariages précoces

 Pour combattre ce fléau, le Programme mondial FNUAP-UNICEF visant à accélérer la lutte contre le mariage d’enfants défend le droit des adolescentes de ne pas se marier et de ne pas tomber enceintes, afin de  leur permettre de réaliser leurs rêves grâce à l’éducation.

Ce programme mondial mène des plaidoyers auprès des familles en insistant sur le bienfondé de la scolarisation des adolescentes dans l’espoir de leur donner une chance et des   moyens pour  bien vivre dans la société. Il renforce les services destinés à les y aider et s’attaque  aux causes profondes du mariage d’enfants tout en prônant  l’adoption des lois et des politiques de protection des droits des filles.

En rappel, l’UNICEF en collaboration avec UNFPA, a lancé un programme mondial destiné à lutter contre le mariage d’enfants dans 12 des pays où la prévalence est la plus élevée. Il s’agit notamment du Burkina Faso, de l’Éthiopie, du  Ghana et de la Zambie. ACP/Fng/ZNG/GMM/KJI/JFM/JLL/CKM/GNN

Partagez cet article