Maroc : le pape François termine sa visite au Maroc par une grande messe à Rabat

Kinshasa, 1er avril 2019 (ACP).- Le Pape François a terminé sa visite officielle au Maroc dimanche par une messe célébrée dans un complexe sportif de Rabat, devant plusieurs milliers de chrétiens catholique du royaume chérifien, composée de nombreux fidèles d’origine subsaharienne, a rapporté lundi une dépêche de l’AFP.

Cette visite de moins de quarante-huit heures pour le pape en terre marocaine, lui a permis de faire passer plusieurs messages, dont le premier était destiné au peuple musulman et à leur Commandeur des croyants, le roi Mohamed VI.

Le Pape François a salué dans le Maroc une terre féconde pour le dialogue interreligieux, et sa formation d’imams dans un esprit de tolérance et d’ouverture.

Son deuxième message était destiné aux migrants à qui il a demandé de ne pas oublier la dignité. « Il faut se laisser remuer et toucher par celui qui frappe à la porte », a dit le pape. Ces migrants, dont la plupart viennent des pays d’Afrique subsaharienne ont d’ailleurs transformé le visage de l’Église marocaine ces dernières années et ont été en première ligne dans ce voyage, présents à toutes les manifestations comme dans la chorale de la messe finale.

Confortant la petite communauté catholique dans le pays, le Souverain pontife a eu une rencontre émouvante avec des religieux dans la cathédrale de Rabat, à l’instar de frère Jean-Pierre Schumacher, dernier survivant des moines de Tibéhirine et ses sœurs, dont l’une presque centenaire, qui ont dédiées leur vie au dialogue et aux plus pauvres.

La mission ne passe pas par le prosélytisme, leur a dit le Pape François, qui a soutenu que la charité de ces religieux est le meilleur chemin pour poursuivre le dialogue avec les musulmans.

Le temps fort de la visite du pape François fut sa rencontre avec les populations migrantes du Maroc. Depuis deux ans, le Maroc est devenu le premier pays de départ des clandestins vers l’Europe. Si la conversion est toujours punie par la loi pour les Marocains, le roi Mohamed VI s’est posé en protecteur des minorités chrétiennes étrangères sur son sol. ACP/Kayu/DNM/Cfm/Mpk/JLL

Partagez cet article