Nomination du nouveau Premier ministre et  coopération bilatérale entre la RDC et la France

La majorité des journaux kinois parus mardi 21 mai 2019 accordent leurs colonnes à la  nomination d’un nouveau Premier ministre, à la coopération bilatérale entre la RDC et la France et au retour de l’opposant Moise Katumbi.

Agence congolaise de presse (ACP) titre à sa « Une » de son bulletin quotidien sur la nomination, par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, du Pr. Sylvestre Ilunga Ilunkamba au poste du nouveau Premier ministre.  Le média public signale par ailleurs que cette nomination intervient après la démission de l’ancien Premier ministre Bruno Tshibala.

En diplomatie, l’agence nationale note que la France et la RDC ont décidé d’approfondir leur coopération bilatérale, citant une déclaration conjointe lue par le porte-parole du Président Tshisekedi, à l’issue de la visite à Kinshasa, du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui a indiqué que les deux pays souhaitent mettre en œuvre un partenariat pour appuyer les priorités communes dans les domaines notamment de l’éducation, de la santé et de la sécurité.

Du côté de l’opposition, ACP annonce que Moise Katumbi, le leader de la plate-forme « Ensemble pour le changement » a lancé un appel à la population du Haut-Katanga à soutenir le Président de la République, à son retour à Lubumbashi en provenance de l’Afrique du Sud, après trois ans passés en exil.

Forum des As revient sur la nomination d’Ilunga Ilunkamba au poste de Premier ministre, se demandant le pourquoi de ce choix. Le confrère indique que ce nouveau Premier ministre est l’homme du consensus entre le FCC et le CACH, engagés dans une coalition dans un contexte où le Président Félix Tshisekedi se fait fort de renouer les relations avec le monde occidental.

A propos de la coopération franco-congolaise, le quotidien kinois indique que le ministre européen a annoncé 300 millions d’euros  de la France pour accompagner le quinquennat de Fatshi, précisant que des actions communes seront menées sur des sujets importants  à savoir la francophonie, la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité.

La Prospérité titre, pour sa part : « La France vers le déblocage de 300 millions d’euros en faveur de la RDC ». La consœur rappelle que la coopération en matière d’éducation entre la France et la RDC a permis la construction de 700 salles de classe et le financement des salaires de 30.000 enseignants congolais depuis 2013, indiquant par ailleurs que ces deux pays ont décidé de donner une nouvelle dimension à cette coopération notamment, pour former les élites de demain dont la RDC a besoin.

A l’opposition, la consœur se demande si le leader de la plate-forme « Ensemble pour le changement », Moïse Katumbi entre en rupture totale avec l’opposition radicale. Après trois ans d’exil, ce qui lui a par ailleurs coûté l’exclusion de la course à l’élection présidentielle de décembre 2018, l’ancien gouverneur de l’ex- Katanga a regagné la ville cuprifère du Congo-Kinshasa, écrit le quotidien, dans le cadre de la réconciliation nationale et la paix, afin de défendre la Constitution congolaise et ainsi servir le peuple congolais pour des horizons meilleurs.

Le Potentiel écrit sur la nomination du nouveau Premier ministre, qu’«  enfin, l’oiseau rare », indiquant que Sylvestre Ilunga Ilukamba n’est pas un néophyte. Il a été ministre dans les différents gouvernements sous le régime Mobutu. Cela avant de diriger le Comité de pilotage de la réforme des entreprises du portefeuille (COPIREP) et la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC), sous Kabila père et fils.

Le confrère écrit dans ses colonnes sur le retour de Moïse Katumbi, « Le bus a un seul chauffeur, pas deux ». Le quotidien indique que l’homme qui avait dégainé sa métaphore du 3ème faux penalty, le 24 décembre à Lubumbashi, ce 3ème penalty qui ne sera jamais tiré, s’est illustré par une nouvelle  métaphore, tablant sur la question de la « vérité des urnes » que ne cesse de réclamer le candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018, Martin Fayulu. Le leader de « Ensemble pour le changement » a tranché: « Le bus a un seul chauffeur. Il n’y en a pas deux. Laissez le seul chauffeur conduire », souligne le quotidien reprenant les propos de Moise Katumbi, qui a fait savoir qu’il n’acceptera pas que cette situation persiste pour éviter que l’encombrement n’amène le chauffeur au pire.

Le Phare titre sur la coopération franco-congolaise : « Kinshasa et Paris : pendules remises à l’heure ». Le confrère signale que les nuages qui avaient envahi le ciel des relations entre Kinshasa et Paris, au lendemain de la déclaration du ministre français des Affaires Etrangères, Yves Le Drian, faisant état de la non transparence des résultats définitifs de l’élection présidentielle, semblent s’être dissipés après le séjour du précité dans la capitale congolaise.

Partagez cet article