Prorogation de l’état d’urgence dans l’est du Tchad

Kinshasa, 11 septembre 2019 (ACP).- L’Assemblée nationale tchadienne a approuvé mardi, 10 septembre 2019, la prorogation de l’état d’urgence instauré le 20 août dernier pour faire face aux conflits intercommunautaires dans trois provinces de l’est et du nord du pays, ont rapporté mercredi les médias internationaux.

La source indique que la prorogation sera de quatre mois et permettra de mettre fin à l’insécurité, selon le gouvernement. Pour l’opposition, l’état d’urgence ne changera rien à la situation, ajoute la source. D’autres parlementaires ont dénoncé les exactions contre les populations de ces provinces qui ont perdu qui, une moto, qui des bijoux, qui de l’argent.

Le gouvernement, représenté par cinq ministres à ce débat, n’a pas reconnu les faits, mais il a promis attirer l’attention des forces de l’ordre. «Franchement, je n’ai pas constaté d’abus des forces de défense. On n’a pas de preuves, ni de plaintes qui disent que les forces ont abusé. Mais, comme la question est posée par la presse, par les députés, par tout le monde, vous m’obligez à dire aux forces de défenseattention, ne faites pas ça », explique Abali Salah, ministre de la Défense.

Le gouvernement a aussi indiqué que des couloirs seront ouverts au niveau des frontières pour permettre aux populations de ces trois provinces d’aller s’approvisionner en produits de première nécessité au Soudan et en Libye. Par ailleurs, la source indique que vingt-et-un jours après la déclaration de l’état d’urgence dans ces trois provinces de l’est, le gouvernement n’a pas encore sorti un rapport sur ce qui s’y passe.

La Convention tchadienne de défense des droits de l’homme reconnaît cependant que l’état d’urgence a permis d’arrêter les affrontements intercommunautaires qui s’observaient il y a encore quelques semaines.  ACP/Kayu/JLL/CKM/NKV

Partagez cet article