Retour à Kinshasa du Chef de l’Etat et  condamnation de Bosco Ntaganda

Le retour à Kinshasa du Chef de l’Etat après sa participation au 33e sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) tenue à Niamey, au Niger  et  la condamnation de Bosco Ntaganda par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes de guerre et crimes contre l’humanité font la « une » des journaux parus mardi 9 juillet 2019, à Kinshasa.

Agence congolaise de presse (ACP) ouvre avec le retour du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à Kinshasa. Le Chef de l’Etat revenait  de Niamey, au Niger où il avait participé au 33e Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) tenu du 7 au 8 juillet, indique le média public, rappelant que dans la capitale nigérienne, le Président Félix Antoine Tshisekedi et ses homologues avaient débattu l’épineuse question de la zone de libre-échange continentale (ZLECA).

« Bosco Ntaganda condamné pour des crimes de guerre et crimes contre l’humanité », titre ACP. La Chambre de première instance VI de la Cour pénale internationale (CPI) a déclaré l’ex-chef de guerre, Bosco Ntaganda coupable de 18 chefs d’accusation des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, commis entre 2002 et 2003 en Ituri, fait savoir le média public.

L’agence nationale annonce de plus que la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda Lioko a participé à la 45e session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) en Côte d’Ivoire.  L’APF travaille activement pour la promotion de la démocratie, de l’Etat de droit et des droits de la personne dans l’espace francophone, signale la presse officielle.

 « ZLECA, transformer le scepticisme ambiant en opportunité », titre Forum des As. Compréhensible qu’une chape de scepticisme, voire de pessimisme plane sur l’entrée en vigueur effective de la Zone de libre-échange continental (ZLECA) lancée à Niamey, au Niger, commente le journal. En dépit de ses malformations congénitales, souligne le quotidien, la ZLECA peut s’avérer un défi que les Africains pourraient transformer en opportunité.

 « Après trois rendez-vous manqués avec         Joseph Kabila,
Antonio Guterres annoncé en RDC », titre le journal.
Le Secrétaire général des Nations-unies, Antonio Guterres se rendra dans les tout prochains jours en République démocratique du Congo, a révélé lors de la rencontre du samedi 6 juillet, entre le chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi et la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-unies, Leila Zerrougui, écrit le quotidien.

La Prospérité s’oriente de son côté, sur l’affaire Bosco Ntaganda et précise que la Cour pénale internationale (CPI) l’a déclaré enfin coupable de 13 crimes de guerre et 5 crimes contre l’humanité, soulignant cependant qu’il bénéficie de 30 jours pour interjeter appel. Selon le bureau de la CPI à Kinshasa, la peine n’a pas encore été prononcée, d’autant que la Chambre attend recevoir les observations des parties et des participants quant à ce, au cours d’une audience séparée qui sera organisée dans les tout prochains jours dans le sens de recueillir les preuves et traiter des différents autres contours, rapporte la consœur.

Sur le même sujet, « La chambre considère Bosco Ntaganda coupable de meurtres, d’avoir dirigé intentionnellement des attaques contre des civils, de viols, d’esclavage sexuel, de persécutions et de pillages en tant que crimes de guerre et crimes contre l’humanité », titre de son côté Le Potentiel. L’ex-commandant en second de l’Armée patriotique pour la libération du Congo voulait s’emparer des sous-sols de l’Ituri, mines d’or, de coltan, de diamants, indique le confrère comme thèse de l’accusation.

Partagez cet article