Somalie : l’armée  bientôt appelées à la prise du flambeau de l’Amisom

Kinshasa, 1er  juillet 2019  (ACP).- Les troupes somaliennes seront bientôt appelées à la prise du flambeau de la force africaine Amisom, dont le mandat prendra fin en décembre 2021, afin qu’elles assurent elles-mêmes la sécurité de leur pays, ont rapporté lundi les médias internationaux. Selon les sources, l’Amisom continue de sécuriser les zones libérées de l’emprise des shebabs. C’est le cas de Mogadiscio, où ces terroristes  qui ont fui la capitale en 2011 mais continuent d’y mener des attaques et des attentats. Cette force africaine  doit affronter une menace invisible, alors que ses moyens se réduisent. Les patrouilles se font toujours en véhicule blindé. Toujours en convoi,  sous la menace des engins explosifs improvisés des EEI. Ls shebabs les cachent dans des voitures, dans les ordures, sur les bords de route.

Mogadiscio et ses alentours sont sous contrôle ougandais. Le général de brigade Michael Kabango dirige les 5000 soldats du contingent. Il se plaint du manque de moyens. «Les shebabs contrôlent les zones que nous n’avons pas les moyens d’occuper en permanence. Si on obtenait plus d’hommes, de capacités opérationnelles, hélicoptères, véhicules blindés, personnels, ce serait plus facile. On n’a pas d’hélicoptères d’attaque. Quand les shebabs lancent un assaut, on ne peut pas réagir rapidement. On ne peut pas sécuriser correctement les principales routes commerciales. Dans ce contexte, ça pose des questions sur la transition.» Cette transition doit permettre aux Somaliens d’assurer eux-mêmes leur sécurité à partir de décembre 2021, à la fin du mandat de l’Amisom. La force africaine qui voit ses effectifs réduire de plus en plus sous la pression des bailleurs de fonds. Voilà telle est la tâche qui doit revenir aux  Somaliens de reprendre le flambeau en assurant eux-mêmes la sécurité de leur pays. ACP/Fng/JGD/NIG/JLL/CKM/GNN

Partagez cet article