Soudan : 16 soldats arrêtés après une tentative de coup d’Etat

Kinshasa, 12 juillet 2019 (ACP).-  16 militaires soudanais dont 12 officiers et 4 soldats ont été arrêtés  après une tentative de coup d’Etat, a annoncé jeudi la télévision progouvernementale.

Les observateurs estiment que la fragile accalmie qui règne actuellement au Soudan a failli basculer vers une nouvelle montée de tension qu’aurait connue ce pays.

La chaîne pro-gouvernementale a simplement déclaré que le Conseil militaire actuellement aux affaires dans le pays avait déjoué une tentative de coup d’Etat. Mais aucune précision n’a été fournie quant aux circonstances de ce putsch, la période à laquelle elle a voulu être perpétrée, l’identité des auteurs, encore moins les détails sur lesquels la chaîne est restée évasive.

Seule indication faite par le Conseil militaire lui-même, l’arrestation de ces seize militaires dont le présumé initiateur du coup d’Etat manqué. Là aussi, aucun nom ni les rangs des différents putschistes n’ont été donnés, si ce n’est que les forces de sécurité sont toujours à la recherche de leurs présumés complices.

«Des officiers et des soldats de l’armée ainsi que des Services de renseignements, dont certains retraités, ont tenté de mener un coup», a déclaré dans la soirée le général Jamal Omar, dans une allocution retransmise en direct à la télévision nationale.

Les observateurs trouvent que ces événements interviennent alors que le Conseil militaire et la contestation ont convenu la semaine dernière de se partager le pouvoir durant une période de transition qui devrait durer trois ans. Pour le général Omar, le dirigeant militaire au pouvoir, Il s’agit d’une tentative de bloquer l’accord conclu entre le Conseil militaire de transition et l’Alliance pour la liberté et le changement, qui vise à ouvrir la voie vers la réalisation des demandes du peuple soudanais”, a déclaré le général Omar.

On rappelle par ailleurs que cet accord prévoyait que les militaires président l’instance de transition pendant les 21 premiers mois, et que les civils prennent la relève pendant les 18 mois restants. Samedi, le Conseil militaire s’est engagé à “appliquer” et “préserver” cet accord. Le texte final devait être signé dans les prochains jours.

L’histoire rapporte qu’entamée en décembre 2018 à la suite de l’augmentation des prix du pain, la révolution soudanaise a emporté en avril dernier le dirigeant de longue date Omar el-Béchir. Depuis, sa succession fait l’objet de discussions ardues entre la contestation et les dirigeants militaires au pouvoir.

La tension était montée d’un cran début juin avec la violente dispersion d’un meeting par les militaires. Depuis le 3 juin, la répression a fait 136 morts, dont une centaine dans la seule dispersion du sit-in, selon un comité de médecins proche de la contestation. Les autorités parlent de 71 morts. Après des semaines de tension, il a fallu la médiation de l’Union africaine et de l’Ethiopie pour relancer le dialogue. ACP/DNM/May/Mpk

Partagez cet article