U.E : Mme Ursula von der Leyen élue présidente de la Commission européenne

Kinshasa, 17 juillet 2019 (ACP).- Mme Ursula von der Leyen, ancienne ministre de la Défense de l’Allemagne, désignée par son pays, a été élue mardi à la présidence de la Commission européenne par les eurodéputés réunis en session plénière sur  383 voix  pour, 327 contre, 22 abstentions et un vote nul, ont rapporté les agences internationales de presse.

Mme von der Leyen, engagée à la CDU dès 1990, fidèle d’entre les fidèles de la Chancelière allemande Angela Merkel, elle est la seule ministre à avoir pris part à tous les gouvernements formés par cette dernière. Par cette élection elle devient la première femme présidente de la Commission européenne en succédant au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

 Aux eurodéputés réunis mardi à Strasbourg, elle a promis de faire du climat l’une des grandes priorités de son mandat, proposant un « green deal ». Elle parle parfaitement l’allemand, l’anglais et le français.

Dix ans durant, Mme Ursula von der Leyen  a occupé différents postes dans les institutions médicales. Elle a remporté son premier mandat de députée au Landtag de Basse-Saxe, lors des élections régionales de 2003.

En mars 2003, elle a été nommée ministre en charge des Affaires sociales, des Femmes, de la Famille et de la Santé. En 2005, Mme Merkel lui a confié le ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse.

En 2009, elle a été nommée ministre fédérale du Travail et des Affaires sociales, et élue vice-présidente de la CDU en 2010 à l’occasion de son 23e congrès fédéral

En 2013, elle a été nommée ministre fédérale de la Défense, devenant ainsi la première femme à occuper un ministère régalien en Allemagne.

Elle a largement contribué au développement de la politique étrangère de l’Allemagne, notamment en refusant de livrer des armes à l’Ukraine lors de la crise de Crimée en 2014, préférant imposer des sanctions économiques à la Russie.

Elle compte également à son actif l’envoi d’un contingent de militaires au Mali en 2016 dans le cadre d’une mission de l’ONU, ou encore le retrait progressif de l’armée allemande d’Afghanistan et l’envoi d’armes aux Kurdes pour combattre les talibans. ACP/FNG/DNM/Wet/Kji

Partagez cet article