Un tribunal de Kinshasa condamne à 5 ans de prison ferme des trafiquants des Bonobo

Kinshasa 8juillet 2019 (ACP)-.Le tribunal de grande instance (TGI) de Gombe à Kinshasa a commandé le trio Blanshard Bukaka, Kimona Nganu et Giresse Kiala à cinq ans de servitude pénale principale (prison ferme) et au paiement d’un montant de 5.000 USD de dommages et intérêts pour trafic illégal des Bonobo, annonce un communiqué de l’ONG « Conserv Congo » transmis mardi à l’ACP.

Selon cette ONG, ce verdict confirme une fois de plus que les atteintes à l’environnement constituent un délit à faible risque, générant des profits élevés.

Il est reproché à ces trafiquants le fait de détenir et de vendre un bébé Bonobo, deux têtes et onze mains de Bonobo coupées. Selon Conserv Congo, cette affaire est une première affaire pénale dans le pays portant sur la conservation de la nature  depuis l’époque coloniale.

M. Adams Cassinga, directeur fondateur de l’ONG « Conserv Congo » a laissé entendre qu’il existe des réseaux mafieux qui s’adonnent au trafic d’espèces sauvages totalement protégées. « Nous promettons de remonter la chaine pour démanteler tous les liens de ce réseau », a déclaré Adams Cassinga.

Il a précisé que les condamnés doivent payer 5.000 dollars américains dont 2000 doivent être versés à l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) et 3.000 à titre de compensation à « Conserv Congo » pour les frais de justice engagés par cette ONG locale qui lutte contre le trafic d’espèces sauvages et qui milite pour l’application des lois sur la conservation de la nature.

 Il a, par ailleurs, salué le jugement rendu par le tribunal. Cette décision de justice, pense-t-il, doit inciter tous les acteurs actifs à mettre en application des lois sur la conservation de la nature.

Le Bonobo (chimpanzé nain) fait partie de la famille des grands singes endémiques de la RDC. On estime qu’entre 29.500 et 50.000 individus vivent encore à l’état sauvage. L’espèce est inscrite sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) comme espèce en voie d’extinction à cause de la destruction de l’habitat, de la croissance de la population humaine et des mouvements de population, bien que le braconnage commercial soit la menace la plus importante, rappelle-t-on.

ACP/FNG/ZNG/Cfm/MPK/CKM/JLL/GNN

Partagez cet article