Une mise au point de « SANRU » sur l’importation des médicaments falsifiés en RDC

Kinshasa, 27 Août 2019 (ACP).- L’ASBL SANRU (Soins de santé en milieu Rural) n’a pas importé des médicaments falsifiés ou avariés  tel que le «paracétamol 500mg» qui serait en circulation en RDC, a déclaré mardi, le directeur technique de cette structure,  Dr Albert Kalonji, au cours d’une mise au point organisée à son siège national à Kinshasa.

Le Dr Kalonji a réagi ainsi à une lettre de l’inspecteur général à la Santé, relayée dans des réseaux sociaux, créant une sorte de psychose dans l’opinion, alors que ladite correspondance était destinée à ses  services au niveau des provinces pour un  travail technique. «SANRU n’est pas un revendeur des médicaments en RDC. Tous les médicaments obtenus par cette ASBL sont acquis pour le compte du ministère de la Santé qui lui a donné mandat en tant que principal récipiendaire acquéreur des médicaments en vue de les mettre dans le système national», a-t-il dit.

Selon le Dr Kalonji, la situation de ce dossier remonte à partir du lot de paracétamol 500mg commandé depuis 2016, dont SANRU a commencé à réceptionné après toutes les vérifications nécessaires et autorisations appropriées en février et août 2017. Une année après, a-t-il indiqué, «c’est-à-dire en août 2018, nous avons commencé à enregistrer les premières alertes provenant des équipes de zone de santé et de formation sanitaire notamment en Ituri, selon lesquelles, dans certaines boites, les  comprimés de paracétamol 500 mg commençait à être avariés, changeant de couleurs de blanche en marron. «Après les autres annonces, SANRU a pris soin d’enregistrer ces alertes et a établit la cartographie pour savoir quel lot était avarié. Donc sur 325 lots réceptionnés, seuls 15 lots ont été certifiés avariés soit 4%. Nous avons travaillé avec les inspecteurs provinciaux, les zones  de santé en vue de mettre ces médicaments en quarantaine, y compris ceux non avariés», a signalé le Dr Kalonji.

Pour lui, il ne faut pas troubler la quiétude de la population congolaise,  car tous les lots de paracétamol 500mg, y compris ceux qui ne sont pas avariés sont mis en quarantaine en attendant les résultats des recherches. D’après les résultats des analyses de deux laboratoires, le problème d’avarie serait lié à des mauvaises conditions de stockage notamment un taux élevé d’humidité dans certains sites, a-t-affirmé, tout en ajoutant que SANRU œuvre pour assurer le bien-être de la population à travers ces domaines d’interventions. ACP/FNG/FMB/NIG

Partagez cet article