Une quarantaine de recommandations pour la mise en œuvre de la 2ème partie du PDSS

Kinshasa, 11 juillet 2019 (ACP).- Une quarantaine de recommandations ont été faites mercredi à Kinshasa, à l’issue de la clôture de l’atelier sur la revue à mi-parcours du Projet de développement du système de santé (PDSS) en RDC.

Le coordonnateur du PDSS, le Dr Dominique Baboo Kubuya s’est réjoui de la participation de tous les acteurs à cet atelier qui s’est déroulé du 08 au 10 juillet 2019.

Deux types de recommandations sont issus de cet atelier, à savoir les recommandations liées aux sept piliers du système de santé et les recommandations pour la mise en œuvre de la 2ème du projet PDSS.

Par rapport au système de santé, le PDSS vient en appui au ministère de la Santé pour renforcer ce système tout en recourant aux sept piliers, notamment la gouvernance,  la prestation, le financement, les Ressources humaines, les médicaments et la formation sanitaire.

Le PDSS, une nouvelle vision pour le développement du système de santé

Pour le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga qui a clôturé ces assises, les recommandations sont nombreuses, mais elles traduisent tous les défis auxquels son ministère doit faire face pour atteindre la couverture sanitaire universelle en République démocratique du Congo.

La couverture sanitaire universelle permet aux gens d’accéder aux soins de santé de qualité sans barrière financière.

Il a indiqué que ces trois jours d’atelier ont été enrichissants et ont permis à son institution d’écouter l’avancement du programme, de percevoir les difficultés des acteurs selon leurs provinces et des structures respectives et de voir comment tout ce que le ministère essaye de faire au niveau central avec les partenaires peut arriver à développer et à améliorer le système de santé et la santé des Congolais.

Le ministre de la Santé a recommandé à tous les participants à cet atelier de travailler en équipe, comme dans une équipe de football, où chacun des acteurs joue un rôle très important en vue de relever ensemble tous les défis.

Nous avons tous besoin de l’accompagnement, a-t-il dit, avant d’insister sur le fait que les acteurs du secteur public de la santé doivent travailler en collaboration avec ceux du secteur privé.

Selon lui, il n’y a qu’un seul secteur de la santé où interviennent les acteurs publics, privés, les confessions religieuses et tant d’autres. Les partenaires quant à eux ont été appelés à  travailler en synergies entre eux et avec le ministère de la Santé et tous les différents niveaux du secteur de la Santé.

Une vision  du système de santé

Le PDSS est avant tout la vision que l’on a du système de santé du ministère de la Santé de la RDC, des engagements par rapport aux uns et aux autres et par rapport à la communauté, a-t-il conclu avant de déclarer : «Que vive la République démocratique du Congo, que vive le partenariat entre le gouvernement et ses partenaires et que vive ce qu’on appellerait plus PDSS, mais qu’on appellerait vision du développement du système de santé pour faire triompher la vie».

La chargée du portefeuille de la Banque mondiale au PDSS, Mme Hadia Samara a déclaré que les défis sont énormes et impliquent le partenariat technique et financier, surtout avec le gouvernement et avec les institutions nationales dans lesquels sont gérés les appuis et les financements.

Le PDSS est un programme du gouvernement qui vient en appui à la mise en œuvre du plan national de développement sanitaire (PNDS) 2016-2020 et au PNDS recadré 2019-2022.

Il est mis en œuvre dans 156 zones de santé de 11 provinces de la RDC ciblées, à savoir le Maï-Ndombe, le Kwango, le Kwilu, la Tshuapa, l’Equateur, le Sud-Ubangi, la Mongala, le Haut-Lomami, le Haut-Katanga, le Lualaba et le Maniema, signale-t-on. ACP/FNG/KJI/JFM

Partagez cet article